La CGT appelle à la grève au Petit Palais

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 8 novembre 2016 - 380 mots

PARIS [08.11.16] – Les visites au Petit Palais pourraient être perturbées à partir du 9 novembre en raison d’un appel à la grève lancé par la CGT. Une réunion entre le syndicat et l’établissement public « Paris Musées » s’est tenue hier. La revendication porte principalement sur la pause-déjeuner.

Les visites au Musée du Petit Palais risquent d’être perturbées d’ici les prochaines semaines, a indiqué la CGT, qui a déposé un préavis de grève reconductible et illimitée. A partir du 9 novembre, chaque mercredi et jeudi, le musée pourrait fermer ses portes dès 16h30 précise le syndicat.

« Aucune perturbation n’est pour l’heure à prévoir, la CGT étant très peu implantée au Petit Palais et une réunion de médiation étant prévue cet après-midi [le 7 novembre] à Paris Musées afin d’aplanir les différends » a indiqué Christophe Leribault, directeur du Musée des beaux-arts, au Journal des Arts. En effet le musée compte seulement un syndiqué CGT, a-t-il précisé, celui-ci faisant partie des 30 nouvelles personnes arrivées au Petit Palais depuis la fermeture pour travaux du Musée Carnavalet.

Les revendications concernent surtout les pauses-déjeuner. La direction aurait en effet réduit ce temps de pause de 15 minutes, arguant que le personnel bénéficiait désormais d’un restaurant administratif à proximité du musée. Une convention aurait en effet été passée avec le ministère de l’Intérieur pour autoriser l’accès des personnels du Petit Palais à leur site de restauration, rue Cambacérès, à « au moins vingt minutes de transports » selon le syndicat. Cette convention a néanmoins été votée par la CGT, a fait valoir Paris Musées lors de la réunion du 7 novembre.

Le personnel réclame par ailleurs « une prime de panier-indemnité de repas pour les samedis et dimanches » ou la mise en place d'« un système de restauration avec d’autres administrations qui travaillent le week-end », les cantines de la Ville réservées aux personnels étant fermées le week-end alors que ces derniers travaillent un dimanche sur deux et quasiment tous les samedis.

Parmi les autres revendications figure également l’alignement de la prime annuelle versée aux agents de surveillance sur celle des agents de sécurité et des encadrants qui perçoivent 400 euros.

Un préavis de grève avait déjà été déposé pour le 28 septembre, jour de l'inauguration de l’exposition consacrée à Oscar Wilde.

Légende photo

Le Petit Palais © Photo Jérôme BLUM - 2006 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque