Kiefer-Rodin / Rodin-Kiefer

Par Marie Frumholtz · L'ŒIL

Le 29 août 2017 - 137 mots

Carte Blanche a été donnée à Anselm Kiefer au Musée Rodin à Paris, il en résulte une exposition, visible jusqu’au 22 octobre, et un catalogue.

Ce dernier retrace la genèse du projet, une rencontre fortuite dans le musée, le parcours de l’artiste allemand ainsi que la rencontre entre deux œuvres : l’une moderne, celle de Rodin, l’autre contemporaine, celle de Kiefer. Un dialogue entre deux créateurs s’instaure dans cet ouvrage grâce à de très belles photographies mettant en valeur les détails jusqu’au moindre grain de poussière. Le plus impressionnant reste les reproductions des livres que Kiefer a enduits de plâtre, avant de les couvrir de ses dessins de corps féminins et de traits de couleur simulant les nervures du marbre. L’inspiration rodinienne est flagrante et revendiquée, ou serait-ce l’inverse, le second qui aurait inspiré le premier ?

Kiefer-Rodin,

sous la direction de Véronique Mattiussi, coédition Musée Rodin, Gallimard, Fondation Barnes, 288 p., 35 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°704 du 1 septembre 2017, avec le titre suivant : Kiefer-Rodin / Rodin-Kiefer

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque