Journées Européennes du Patrimoine : à la découverte du patrimoine caché

Par Romain Bouvet · lejournaldesarts.fr

Le 14 septembre 2012 - 659 mots

PARIS [14.09.12] - Pour leur 29e édition qui se tient les samedi 15 et dimanche 16 septembre, les journées européennes du patrimoine mettent en avant le thème du patrimoine caché. Une invitation à la découverte des « coulisses » qui devrait ravir tous les curieux amateurs de mystère et d'insolite.

Un programme de découvertes allant du grand bâtiment emblématique à l’anecdote ou au détail historique, avec l’ouverture d’un grand nombre de sites inédits : c’est le menu des 29ième Journées du Patrimoine. Une vaste thématique donc, inspirée par un extension de la notion de patrimoine.

Afin d’offrir une vue d’ensemble de ce « patrimoine caché », les journées du patrimoine, qui comptabilisent quelques 16 000 sites ouverts au public et plus de 22 000 animations annoncées, sont organisées autour de plusieurs grands thèmes : les patrimoines souterrains et enfouis, le patrimoine en hauteur, le patrimoine militaire et le thème des coulisses qui inclut les sites habituellement fermés au public (bâtiments, réserves, archives etc).

Si les édifices en surface sont généralement mis en valeur et mis à disposition du public, ils ne sont souvent que la partie émergée de l’iceberg. Il existe des richesses parfois insoupçonnées sous notre sol. Et ces vestiges se déclinent sous toutes les formes, retracent toutes les époques. De la préhistoire (avec l’ouverture de la grotte du Sorcier en Dordogne), au Moyen-âge (avec les souterrains de la cité médiévale de Provin), en passant par les sépultures (avec la crypte du tombeau du Maréchal Fabert à Sedan et les catacombes de Paris), ou encore des traces du patrimoine industriel (avec des visites de galeries du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais), les témoignages de toute notre histoire subsistent sous nos pieds.

L’archéologie n’est pas oubliée. Les sites majeurs sont de la partie, avec la participation du Muséoparc Alésia fraichement inauguré. En collaboration étroite avec l’INRAP, de nombreuses manifestations sont programmées ainsi que l’ouverture de nombreux sites comme les oppida d’Entremont ou d’Ensérune.

Les sites de l’armée et de la défense seront mis à l’honneur. Pour des raisons de sécurité nationale, la Défense a toujours conservé à l’abri des regards un certain nombre de ses activités. Un grand nombre de sites, d’archives, de collections sont ouverts au public durant le weekend. Les archives de Vincennes bien sûr, mais aussi des inédits comme la visite des locaux de la Garde Républicaine, ou l’ouverture du 36 quai des Orfèvres, siège historique de la police judiciaire.

Le patrimoine caché peut être un simple changement de perspective. Le même édifice vu depuis le toit, le clocher etc. offre un autre panorama, raconte une autre histoire. Dans cet esprit, de nombreux monuments donnent accès à certaines parties habituellement écartées des sentiers de visite, souvent par souci de sécurité. Plusieurs sites en hauteur sont ouverts comme la citadelle de Vauban à Besançon, ou le toit de la cathédrale d’Albi. A Paris, l’ouverture inédite de la tour Saint-Jacques de la Boucherie permet aux visiteurs de découvrir les détails d’un monument pourtant bien connu ainsi qu’une vue nouvelle sur la capitale.

Matérialisant à eux seuls la face cachée du monde culturel, les centres d’archives et les réserves de musées sont mis en avant par des nombreuses institutions, comme le musée Ingres de Montauban ou le musée d’Aquitaine de Bordeaux, qui ouvrent exceptionnellement leurs espaces de conservation au public.

Plusieurs sites dans l’actualité ouvrent leurs portes, comme le nouveau centre des archives nationales de Pierrefitte, qui n’est pas encore inauguré, ou l’Hôtel de la Marine.

Si l’insolite et la nouveauté sont au cœur de cette nouvelle édition des journées européennes du patrimoine, les grands « classiques » de la culture sont également au rendez-vous. Les grandes institutions muséales bien-sûr, mais aussi un grand nombre de sites ministériels sans oublier l’Élysée.

Instaurées en 1984 par le ministère de la Culture et de la Communication, les journées du patrimoine ont pris une dimension européenne depuis 1991. L’an dernier l’édition « Le voyage du patrimoine » a attiré 12 millions de visiteurs.

Légende photo

Affiche Journées Européennes du Patrimoine - source www.journeesdupatrimoine.culture.fr 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque