Dimanche 25 février 2018

Inauguration précipitée du musée palestinien en Cisjordanie

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 18 mai 2016

BIR ZEIT (CISJORDANIE) [18.05.16] – Le musée palestinien consacré à l’art et l’histoire de la Palestine, conçu par les architectes du cabinet Heneghan Peng dans la province de Ramallah, ouvre ses portes au public aujourd’hui, mercredi 18 mai. Mais les expositions programmées n’auront pas lieu.

Mercredi 18 mai s’ouvre le nouveau musée palestinien, un projet de l'organisation non gouvernementale Taawon consacré à l’histoire et la culture de la Palestine de 1750 à nos jours. L’édifice, d’un minimalisme qui épouse le paysage comme il le tranche, surplombe de loin la Méditerranée. Il a été conçu par Heneghan Peng, un cabinet d’architectes basé à Dublin et construit à Bir Zeit, dans la province de Ramallah, à 25 kilomètres au nord de Jérusalem, sur un territoire appartenant à l’Université de Birzeit. Les 3 500 m2 d’espaces d’expositions sont entourés de 40 000 m2 de jardins, pensés par l'architecte paysagiste Lara Zureikat.

Le président Mahmoud Abbas et d’autres dignitaires sont attendus pour la cérémonie d’ouverture, seulement quelques jours après le 68e anniversaire de l’exode palestinien de 1948 – ou Nakba – conséquence de la création d’Israël et de la guerre israélo-arabe. Mais l’exposition inaugurale, « Never Part », conçue autour d’objets de réfugiés palestiniens, a été annulée suite à des désaccords entre le conseil d’administration et son directeur, Jack Persekian, rapportent James Glanz et Rami Nazzal dans The New York Times. Jack Persekian avait d’ailleurs fini par démissionner en décembre dernier. Il a été récemment remplacé par Mahmoud Hawari, un chercheur du centre de recherches Khalili de l’Université d’Oxford, qui avait déclaré à propos du musée palestinien : « Ce sera un musée qui surpasse les frontières politiques et géographiques et qui lie les Palestiniens entre eux, qu’ils soient chez eux ou en exil, où qu’ils vivent ».

Omar Al-Qattan, président du musée – également président de la fondation AM Qattan qui est le principal mécène de la nouvelle institution – a pour sa part affirmé que les Palestiniens étaient « tellement en demande d’énergie positive » que cela valait la peine de les accueillir dans le musée, même vide. Il a toutefois reconnu que « symboliquement, c’était critiquable ». L’inauguration concernera donc la fin des travaux du bâtiment et des jardins – des travaux évalués à 24 millions de dollars - et le programme d'expositions débutera à Bir Zeit en octobre.

Une exposition satellite, « At the Seams: A Political History of Palestinian Embroidery » (consacrée à la broderie), ouvrira le 25 mai prochain à la fondation Dar El-Nimer à Beyrouth. Une frise chronologique retraçant l’histoire sociale, économique, culturelle et politique de la Palestine de 1850 à nos jours sera par ailleurs mise en ligne au mois de juin.

Légende photo

Projet du musée Palestinien - Photo cabinet des architectes Heneghan Peng

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque