Dimanche 15 septembre 2019

Helly Nahmad de nouveau poursuivi en justice

Par Ismène Bouatouch · lejournaldesarts.fr

Le 9 juin 2014 - 352 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [09.06.14] – En prison depuis avril 2014 pour son implication dans une affaire de paris clandestins, Helly Nahmad fait face à de nouvelles poursuites. Il est accusé d’avoir dissimulé une œuvre de Modigliani, spoliée par les nazis, pour éviter de la restituer à son propriétaire.

Helly Nahmad, condamné en avril 2014 à 1 an d’emprisonnement pour son implication dans une affaire de paris sportifs clandestins, fait l’objet d’une nouvelle poursuite. Le monégasque Philippe Maestracci a intenté un procès contre le marchand d’art new-yorkais devant la cour suprême de Manhattan. Il accuse Helly Nahmad et son père, David Nahmad, d’avoir volontairement dissimulé une œuvre de Modigliani que le grand-père du plaignant, un marchand d’art juif nommé Oscar Stettiner, avait été forcé d’abandonner en 1939 en fuyant Paris avant l’invasion allemande.

En 2008, Philippe Maestracci, citoyen italien résidant à Monaco, découvre que l’« Homme assis appuyé sur une canne » (1918) a été mis en vente chez Sotheby’s par la famille Nahmad. Il réclame alors que l’œuvre lui soit restituée ou que les galeristes new-yorkais lui versent le montant de sa valeur marchande. L’œuvre, estimée à 20 millions de dollars (environ 14,6 millions d’euros), ne trouve pas preneur chez Sotheby’s et n’est pas rendue à son propriétaire.

Lorsque Philippe Maestracci dépose plainte en 2012, les avocats de la défense affirment que l’affaire est infondée. Pour cause, la galerie Nahmad n’aurait jamais été propriétaire du Modigliani qui appartiendrait à une société basée en dehors de l’Etat de New York et nommée International Art Center. Les avocats de Philippe Maestracci, quant à eux, déclarent que l’International Art Center est en réalité une société offshore appartenant aux Nahmad, qui possèderaient l’équivalent de 3 à 4 milliards de dollars (entre 2 et 3 milliards d’euros) en œuvres d’art, entreposées dans le port franc de Genève. Cette rumeur, qui court depuis plusieurs années, n’a toutefois jamais été confirmée.

Dans ce nouveau procès, les plaignants espèrent faire établir que les Nahmad sont bel et bien les propriétaires de l’International Art Center, et donc du Modigliani, que son propriétaire pourrait enfin récupérer après des années de batailles judiciaires.

Légende photo

Helly Nahmad Gallery - © Photo veritatem - 2010 - Licence CC BY 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque