FIAC 2008 : ce qu’en disent les médias

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 30 octobre 2008

PARIS [30.10.08] – Les médias français et internationaux s’accordent sensiblement pour reconnaître que si la qualité de la 35e édition est au rendez-vous, les ventes ont baissé et que le comportement des acheteurs a changé.

La FIAC 2008 ne s’en sort pas trop mal, avec un bilan « plus positif qu’espéré », écrivent Valérie Duponchelle et Béatrice de Rochebouët pour Le Figaro, qui accordent à l’édition 2008 une « mention honorable ». Georgina Adam, pour le Financial Times, salue également l’événement, qui fait honneur à sa « réputation, son statut et sa qualité », comme toutes les éditions depuis 2006 et le retour de la FIAC au cœur de Paris. Pour autant, Annick Colonna-Césari, pour L’Express, indique que « le bilan de la manifestation parisienne est mitigé » et que la « crise financière continue de fragiliser le marché de l’art ».

Cette nouvelle édition témoigne surtout des changements dans les comportements des collectionneurs. Si les acheteurs sont toujours là, ils font des acquisitions différentes et à un rythme moins soutenu que lors des éditions précédentes. L’achat impulsif ou spéculatif se fait plus rare et laisse la place aux « véritables » collectionneurs, qui investissent dans des artistes à la réputation établie et pour des prix plus équilibrés. Le Figaro relève que « les collectionneurs purs et durs […] anticipent déjà un retour à la sobriété », notamment pour les prix « soudain jugés astronomiques ». « La spéculation semble terminée. Voici revenue l’heure des collectionneurs », affirme Le Monde. Bloomberg remarque que les acheteurs « cherchent des pièces de valeur », et se tournent à nouveau vers des « classiques plutôt que d’acheter des œuvres d’artistes en vogue » . « Les œuvres à teneur spéculative ne passent plus le cap », conclut L’Express. De plus, les transactions ne se font plus dans la hâte comme lors des précédentes éditions de la FIAC. Le Figaro parle d’ « affaires plus lentes mes bien réelles », et le Financial Times remarque que si la « folie consumériste des années précédentes est retombée, comme à la Frieze [Art Fair], des transactions sont bel et bien effectuées ».

Enfin, dans un climat de récession, où les ventes aux enchères ont « subi de plein fouet les effets de la crise » selon l’Express, les prix des œuvres sont revues à la baisse et semblent s’adapter à un contexte économique nouveau. Le Figaro note « des seuils de prix moindres », et Le Monde remarque que « les transactions sont plus rares dans le haut de gamme ». Bloomberg résume : « Les acheteurs cherchaient des œuvres moins chères, par des artistes contemporains à la réputation établie ».
[Sources : Le Figaro / Le Monde / L'Express / Bloomberg / Financial Times]

Légende photo : Christopher Wool à la
Luhring Augustine
Fiac 2008 - © LudoSane

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque