musée

Vincent Bioulès, la peinture à vif

L'ŒIL

Le 1 décembre 2001 - 166 mots

Après l’éclatement du groupe Support/Surface en 1972 dont il fut l’un des artistes majeurs, Vincent Bioulès (né en 1938) est revenu à une œuvre plus traditionnelle, tournée vers la figuration. Depuis une vingtaine d’années, le peintre revisite les thèmes fondamentaux de l’histoire de l’art, le portrait, le nu, le paysage et ne cesse de les interroger en y apportant des réponses nouvelles qui bousculent les traditions. Avant le sujet, c’est la peinture elle-même qui accroche le regard : une peinture à l’huile vive, des compositions par plans successifs et très graphiques (Grands nus). Vincent Bioulès est un homme du Sud. Ses toiles sont baignées d’une lumière éclatante, ses paysages sont ceux de la garrigue, ses couleurs celles de la Provence. Avec lui, le spectateur est invité à entrer véritablement « Au vif de la peinture », selon le titre du cycle d’expositions dont celle-ci est le quatrième volet.

- CLERMONT-FERRAND, Musée d’Art Roger Quilliot, place Louis Deteix, tél. 04 73 16 11 30, 27 novembre-20 janvier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°532 du 1 décembre 2001, avec le titre suivant : Vincent Bioulès, la peinture à vif

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque