Villes fascistes

L’architecture italienne de 1920 à 1950

Le Journal des Arts

Le 22 mars 2002

À la lumière de documents d’archives provenant de l’Institut Luce et du Touring Club d’Italie, deux expositions de photographies illustrent,
de 1920 à 1950, le paysage architectural et urbanistique de Rome, soumise au régime fasciste et sujette à de grands chantiers, tandis que l’Institut italien pour l’Afrique orientale retrace l’histoire des villes nouvelles écloses vers 1930.

Rome (de notre correspondante) - La capitale italienne, qui fait actuellement l’objet d’un nouveau projet de plan d’urbanisme – le cinquième depuis sa proclamation de capitale de l’État unitaire (à  la fin des années 1860) –, ne cesse de s’interroger sur son passé récent. La  réflexion s’est engagée depuis les années 1970 sur la forme urbaine donnée par le fascisme à la ville d’après-guerre. De plus, les vestiges concrets de ce passé que l’on avait cherché à occulter occupent à Rome une place par trop évidente. En effet, toutes les campagnes de fouilles archéologiques de la zone des forums impériaux ou les projets de réaménagement du site, comme le nouveau Musée de l’Ara Pacis par Richard Meier, provoquent inéluctablement de grands débats dans le milieu culturel italien. Dans cette même capitale, trois expositions soulignent l’actualité de l’histoire et la nécessité d’en mesurer pleinement les conséquences. À travers 130 images de l’Institut Luce, le Musée de Rome, à Trastevere, illustre la transformation de la ville pendant la domination fasciste. Les clichés sélectionnés évoquent les démolitions du centre historique (Corso Rinascimento, les Borghi, le quartier de Piazza Argentina) dont certaines visaient à mettre en valeur les zones archéologiques (via dell’Impero, l’Augusteo), les interventions menées dans le cadre de la nouvelle urbanisation (le Foro Mussolini, la Cité universitaire, Cinecittà, la gare Termini). Cependant, c’est l’actualité “officielle” des opérateurs de l’Istituto Luce qui y est illustrée, “l’autre Rome, celle des transferts forcés des habitants du centre vers la nouvelle périphérie n’est pas représentée”, explique Italo Insolera, commissaire de l’exposition “Rome dans l’entre-deux-guerres à travers les photographies de l’Institut Luce”.
Au palais Valentini – siège de la préfecture –, l’exposition “Portrait d’une idée. Art et architecture à l’époque fasciste” montre les véritables conditions imposées par le régime fasciste au monde de l’art. Quelque 70 projets et images ainsi que 70 sculptures et médailles, et autant de peintures témoignent de la nouvelle architecture qui transforme le profil urbain de Rome. Quant aux archives photographiques du Touring Club d’Italie, elles sont présentées dans l’exposition “Années 1930 : les villes nouvelles en Italie et outre-mer”. Présentés avec de nombreuses maquettes, originaux de plans et de dessins d’architecture, les tirages restituent la réalité humaine et sociale qui a accompagné la naissance de ces cités construites en Italie et dans ses colonies (Érythrée, Éthiopie) à l’époque du fascisme. Ces quelque 70 nouveaux centres urbains (villes, bourgs de campagne et villages), dont témoignent les archives parfois inédites de l’Institut italien pour l’Afrique orientale (Isiao), ont, en effet, vu le jour dans les années 1930.

- Rome dans l’entre-deux-guerres À travers les photographies de l’Institut Luce, jusqu’au 5 mai, Musée de Rome à Trastevere, Piazza San Egidio 1/b, Rome, tél. 39 06 5816 563, tlj sauf lundi 10h-20h ; Portrait d’une idée. Art et architecture à l’époque fasciste, du 13 avril au 30 juin, Palazzo Valentini, Via IV novembre 119/a, Rome, tél. 39 06 6766 5504, tlj sauf dimanche 10h-18h ; Années 1930 : les villes nouvelles en Italie et outre-mer, du 27 mars au 20 mai, Complesso del San Michele, Via di San Michele 22, Rome, tél. 39 06 5843 2332, tlj sauf lundi 15h-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°145 du 22 mars 2002, avec le titre suivant : Villes fascistes

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque