Venise (Italie)

À Venise, une encyclopédie personnelle vivifiante

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 22 août 2013 - 546 mots

On ne lit jamais une encyclopédie dans son intégralité : puiser des articles, rechercher des définitions, feuilleter au hasard sont quelques-unes des activités inhérentes à ce type d’ouvrage. Ainsi va la visite de la 55e Biennale de Venise, forçant le visiteur à se positionner bien davantage qu’avec un fil conducteur à la thématique moins large.

Il lui faudra lâcher prise, accepter de sauter quelques chapitres de cette version libre. Dans une déambulation versatile, certains contenus s’ignorent à l’instar des affreuses et ineptes sculptures de Pawel Althamer dans l’Arsenal, ou interpellent, comme le film Grosse Fatigue, brillante et mélancolique démonstration d’encyclopédisme de Camille Henrot à l’ère 2.0, très justement récompensée.

Les artistes instruisent très souvent, les œuvres pédagogiques sont légion ; témoin, le film magistral de Yuri Acanrani, Da Vinci, sur un robot médical de pointe, ballet saisissant de technique et de faillibilité humaine. Massimiliano Gioni, le commissaire choisi cette année, signe une biennale très construite et muséale brassant art brut (parmi Lesage et une ribambelle d’originaux), curiosités ayant échappé au radar de l’histoire de l’art (dessins de chimères de Domenico Gnoli) et des découvertes de plus jeunes noms. Si l’ensemble est impeccablement accroché, le contenu est parfois irrationnel, ambigu sur le statut de ce qui est montré. Gioni bouscule genres et hiérarchies entre microcosme et vision macroscopique, monde individuel et agréments universels. Les régimes de croyance ne cessent de s’entrechoquer : esprits, ancêtres, fantasmes, constats historiques, espaces mentaux, l’art d’aujourd’hui est revendiqué schizophrène, mais jamais autiste. Entre des photos d’oiseaux des années 1940 d’Eliot Porter ou la collection de pierres de Roger Caillois, certaines présences sont plus incongrues que d’autres, certaines sont même ratées, comme dans le cas de Tino Sehgal, qui signe une performance grotesque et inutilement ostentatoire.

Point d’orgue d’un Arsenal plutôt convaincant malgré des salles singulièrement inintéressantes, l’exposition dans l’exposition de Cindy Sherman. Promue commissaire, la photographe américaine a excellé dans l’exercice, livrant un autoportrait en creux remarquable, dérangeant et brillant, d’où émerge une série de Laurie Simmons et Allan McCollum, ensemble de portraits, de figurines, de maquettes. Des gueules cassées sommaires qui répondent dans la salle attenante à la collection de Linda Fregni Nagler, The Hidden Mother (2006-2013), centaines d’images anciennes d’enfants d’où la mère tente de s’effacer. Ces bizarreries dialoguent avec force par les articulations qu’opère Sherman, piochant aussi bien dans le corpus déviant d’un photographe allemand des années 1930, Herbert List, celui de l’hyperréalisme de Duane Hanson et grand-guignol trash de Paul McCarthy. La proposition de la photographe symbolise à la perfection cette biennale de cas par cas.

Cependant, dans la démonstration de Gioni, le choix d’enfilades de salles monographiques le plus souvent, d’entités si singulières qu’elles se mélangent peu, perd de cette force. Mais lorsque la conversation s’engage, ésotérique à souhait, entre des meubles accouplés à des céramiques de Jessica Jackson Hutchins et les mises en scène photographiques d’Eugene Von Bruenchenhein, la magie de l’interprétation s’impose au visiteur.

C’est dans l’exposition officielle que la biennale se joue cette année davantage que dans les pavillons. Gioni s’inscrit parfaitement dans l’air du temps, usant de l’appétit encyclopédique avec malice, une version personnelle qui permet surtout de penser par soi-même.

Infos pratiques

« 55e Biennale de Venise. Le palais encyclopédique », l’exposition internationale, jusqu’au 24 novembre 2013, Giardini et Arsenale, Venise (Italie), www.labiennale.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°660 du 1 septembre 2013, avec le titre suivant : À Venise, une encyclopédie personnelle vivifiante

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque