Vendredi 14 décembre 2018

Orient

Un récit contre une vie

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2013 - 762 mots

À l’occasion de son 25e anniversaire, l’Institut du monde arabe à Paris retrace le mythe des « Mille et Une Nuits », une œuvre « collective et multiforme ».

PARIS - Le projet d’exposition autour des Mille et Une Nuits a longtemps été un serpent de mer évoluant au gré des turpitudes de l’Institut du monde arabe, à Paris. Le 25e anniversaire de l’institution a finalement dompté le monstre, et si l’exposition qui en découle ne comble pas toutes les attentes, elle parvient à être aussi accessible que son sujet.

Comme le rappellent les commissaires, « en l’absence de l’autorité d’un texte d’origine, Les Mille et Une Nuits sont depuis leur origine une œuvre collective et multiforme ». D’où la nécessité d’une salle d’introduction, aussi verbeuse soit-elle, pour appréhender ces Mille et une nuits en tant qu’objet physique et historique. Y sont rappelées ses racines (indo-persanes), sa structure (le récit-cadre de Shéhérazade la conteuse), ses adaptations, ses traductions, ses faux… L’on y apprend que la première version arabe ne comporte que 35 contes ; que sur les 140 manuscrits arabes recensés, seule une vingtaine sont illustrés ; que la plus ancienne trace connue est un fragment de manuscrit datant du VIIIe siècle ; que la traduction que livra le « modeste savant en langues orientales » Antoine Galland entre 1704 et 1717 fut séminale pour l’adaptation puis le succès du texte à travers l’Europe… Qui sait ainsi que le bibliothécaire caennais a manipulé le texte à son envie, a doublé le nombre d’histoires du corpus original en lui greffant des récits devenus des classiques tels Ali Baba et les quarante voleurs, Aladin ou la Lampe merveilleuse et Sindbad le marin ?

Fin ouverte
La préciosité des ouvrages présentés ne doit pas tromper : Les Mille et Une Nuits sont tout sauf un sommet de la littérature arabe. Issu de la tradition orale, ce récit d’aventures doit sa longévité à un succès populaire qui ne s’est jamais démenti. À l’étage, le second volet du parcours rappelle ce mode ancestral de transmission en conviant le visiteur à s’asseoir dans un avatar moderne du diwan. Se fondant dans la peau du sultan Shahriyâr, celui-ci écoute Shéhérazade, par casque audio interposé, lui conter l’une des « étonnantes et surprenantes » histoires dont elle a le secret. Pour échapper à la mort promise par le sultan, la belle met chaque soir à profit sa maîtrise du cliffhanger – cette fin abrupte de l’histoire sur un suspense affolant auquel avaient recours les feuilletonistes du XIXe siècle, aujourd’hui imités par les scénaristes de séries télévisées à succès. Hypnotisé, le sultan en a tant redemandé qu’il a fini par épargner la jeune femme.

La suite de l’exposition illustre cette imagination débordante doublée d’un art perfectionné du remplissage, ruse narrative pour alimenter le récit jusqu’au petit matin. Cette abondance artificielle est découpée en grands thèmes – la vie quotidienne dans les grandes villes du Caire, de Bagdad et de Damas, le palais, la guerre, l’amour, les voyages, la féerie… – dans une scénographie à la fantaisie assumée. La forme rejoint ici le fond. Tandis que l’introduction scientifique mise sur la sobriété, le parcours traitant du contenu est à l’image des Mille et Une Nuits : coloré, luxueux, tortueux et même kitch. Pièces raffinées (poignards à manche d’ivoire du XVIIIe siècle), tableaux « orientalistes » (Blanche, Dauzats, Destouches) et peintures précieuses (gouaches indiennes enluminées prêtées par la Fondation Custodia) y côtoient témoignages de la culture populaire (livres pour enfants, costumes, automate…) et projections de films aux décors de carton-pâte (inoubliable Douglas Fairbanks Jr. dans le rôle-titre de Sindbad le Marin (1947) de R. Wallace !).

Instillée à petites doses tout au long du parcours, l’étude de l’impact des Mille et Une Nuits sur l’image fantasmée du Moyen-Orient aurait mérité une salle à part entière. Les phrases glissées çà et là, sur l’image de Shéhérazade par exemple (récusée par les féministes qui l’accusent d’enfermer les femmes orientales dans un stéréotype), laissent le visiteur sur sa faim. Signalons enfin que si « l’élan amoureux » est abordé, la sexualité très prégnante dans le récit est largement passée sous silence.

LES MILLE ET UNE NUITS

Jusqu’au 28 avril, Institut du monde arabe, 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, place Mohammed-V, 75005 Paris, tél. 01 40 51 38 38, www.imarabe.org, tlj sauf lundi 10h-18h, le vendredi 10h-21h30, le week-end et jours fériés 10h-19h.

Catalogue, coéd. IMA/Hazan, 400 p., 39 €.

Voir la fiche de l'exposition : Les Mille et Une Nuits

1001 NUITS

Commissaires : Elodie Bouffard et Anne-Alexandra Joyard, chargées de collection et d’expositions à l’IMA

Scénographie : Massimo Quendolo et Léa Saito

Légende photo

Affiche de l'exposition « Les Mille et Une Nuits » à l'Institut du monde arabe , du 27 novembre 2012 au 29 avril 2013.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°383 du 18 janvier 2013, avec le titre suivant : Un récit contre une vie

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque