Genève (Suisse)

Trop humain, l’expo d’art qui parle de l’homme

Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, jusqu’au 4 janvier 2015

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 13 octobre 2014 - 346 mots

Peut-on faire une exposition d’art sans parler d’art ? « Trop humain », qui inaugure en partenariat avec le Mamco le nouvel espace d’expositions temporaires du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève, s’y essaye en tout cas.

Avec plus ou moins de succès. Car, si l’exposition parvient à quelque chose, c’est à couvrir son sujet : « Trop humain. Artistes des XXe et XXIe siècles devant la souffrance » témoigne des maux que s’infligent les hommes depuis plus d’un siècle : guerres, camps de concentration, génocides, misères. Les Thanatophanies d’On Kawara, portfolio de trente dessins réalisés en 1955-1956, disent beaucoup des désastres d’Hiroshima et de Nagasaki : des têtes isolées – donc coupées – à la mine de plomb portant les stigmates des radiations et des brûlures de la bombe atomique. La « Madone d’Alger » du photographe Hocine Zaourar, traduite en sculpture par Pascal Convert, rappelle l’horreur de la guerre civile algérienne – le massacre de Bentalha fit quatre cents victimes en 1997. Idem pour les compositions à l’huile de Nikolai Getman, qui ne cachent rien de la violence du goulag russe. Pourtant, « Trop humain » échoue bel et bien à ne pas parler d’art, la responsabilité en revient à la qualité des œuvres présentées. La première salle vaut à elle seule de s’exonérer du ticket d’entrée : La Tête de Montserrat criant (1942) de Julio González fait face à la celle de Pierre (1998) de Louise Bourgeois ; Nous ne sommes pas les derniers (1971), cauchemar des camps d’extermination nazis de Zoran Music, tient sans mal à côté de la peinture coup de poing d’Hubertus Giebe : La Résistance, pour Peter Weiss (III), l’une des découvertes de cette exposition. Quant au Gisant, bronze d’une incroyable force de Jean Roulland, il ne fait que préparer le visiteur à la vue des Fusillés (1954) de Bernard Buffet, gigantesque toile peinte par l’artiste au sommet de sa carrière, qui écrase sans mal  la mise en scène des frères Chapman à qui l’on aurait préféré ici l’original à la copie : Goya !

« Trop humain. Artistes des XXe et XXIe siècles devant la souffrance »

Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, 17, avenue de la Paix, Genève (Suisse), www.redcrossmuseum.ch

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°673 du 1 novembre 2014, avec le titre suivant : Trop humain, l’expo d’art qui parle de l’homme

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque