Mercredi 11 décembre 2019

Perpignan (66) - Couvent des Minimes

Tout Klasen

Jusqu’au 29 janvier 2011

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 20 décembre 2011 - 258 mots

Si L’Anatomie du plaisir, une peinture datée 1964-1965, avoue son adhésion au pop art, façon Rosenquist, par son jeu de composition d’images fragmentées, l’art de Peter Klasen a très tôt pris ses distances en élaborant les termes d’une esthétique qui lui est personnelle.

La rétrospective de cinquante ans de travail que lui consacre Perpignan en est une puissante démonstration. Né à Lübeck en 1935, installé à Paris depuis 1959, Klasen n’est pas seulement l’une des figures majeures de la Figuration narrative, il est l’un des premiers à avoir utilisé la photographie pour la construction de ses images. Tout en se définissant comme l’« ethnologue d’une société en mouvement », Klasen s’est fait le chantre d’une hygiène de la vision.

Au fil du temps, l’art de Klasen est allé et venu entre froide radicalité, économie de moyens et images d’enfermement dans une nature urbaine paradoxalement inquiétante et attractive, le plus souvent désertée de toute présence humaine. Il n’en reste pas moins que son œuvre se donne à voir dans une étendue aux allures de grande fresque dépeignant un monde hors du temps, aseptisé et d’une franche pureté. Quelque chose d’une vision rigoriste y est à l’œuvre, qui vise à tenir Sous contrôle – titre d’une peinture de 2009 – toute confusion des sentiments, de sorte à ne pas noyer le débat sur l’art dans les effluves d’un subjectivisme incontrôlé et atteindre une forme d’universalité commune à tous les langages.

Voir « Rétrospective Peter Klasen 1959-2011 »

Couvent des Minimes, rue François-Rabelais, Perpignan (66), tél. 04 68 51 25 63.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°642 du 1 janvier 2012, avec le titre suivant : Tout Klasen

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque