Terre de Sienne

Le Journal des Arts

Le 3 mai 2002

Artiste siennois méconnu, Alessandro Casolani (1552/53-1607) a préféré rester en Toscane plutôt
que de répondre à l’invitation du pape Clément VIII. Donnant naissance à une école, son style a fait pourtant la synthèse entre les innovations contemporaines
et les influences romaines. Une rétrospective en brosse, à travers une trentaine de ses œuvres, le parcours de l’artiste.

CASOLE D'ELSA (de notre correspondante) - Au sortir de l’obscure période qui a suivi à Sienne le long siège puis la chute de la République en 1555, s’est créée sous le gouvernement des Médicis, après le décès de Beccafumi et de Sodoma, l’école d’Alessandro Casolani. À l’époque, Riccio était à Lucques et Marco Pino à Rome. Mieux connu des spécialistes que du grand public, Casolani jouissait pourtant à son époque d’une notoriété certaine et de l’estime d’hommes influents tels Frédéric Borromée, Guido Reni, le grand duc de Toscane Ferdinand Ier de Médicis ou le pape Clément VIII. Peut-être retenu par un tempérament réservé et une modestie excessive qui lui ont valu le surnom de “Modeste” à l’Accademia degli Intronati, il refusa l’invitation du pape à se rendre à Rome. Mêlant savamment les influences des cultures siennoise et romaine, il a réinterprété Sodoma et Beccafumi à la lumière des leçons de son maître, Arcangelo Salimbeni. Son style manifeste une réinvention de la peinture des classiques du début du XVIe siècle et unit les innovations de contemporains comme Raffaellino da Reggio, Giovanni de’ Vecchi, avec les nouveautés à la manière plus ampoulée de Federico Zuccari, Girolamo Muziano et Cesare Nebbia.

Aux côtés des œuvres plus connues réalisées pour les églises de Sienne, comme la Nativité de l’église dei Servi, la Naissance de la Vierge de San Domenico, la Nativité du Duomo (après restauration, on peut y lire la signature et la date, 1596) ou le Saint Barthélemy du Carmel, datant de 1604, figurent dans l’exposition de Casole des découvertes extraordinaires comme cette œuvre de jeunesse intitulée Saint Michel chassant les anges rebelles du Duomo de Montalcino, l’émouvante Déposition de 1587, récemment revenue à Casole après deux siècles d’exil, et la grandiose toile de la Dernière Cène de 1597, pour la chartreuse de Maggiano, qui lui valut une commande pour la chartreuse de Pavie où il a peint a fresco. À l’occasion de la manifestation sont également présentés les tableaux de dévotion privée récemment attribués au Siennois, telle l’œuvre de jeunesse intitulée Madone avec l’Enfant et saint Jean, provenant d’une collection anglaise, ainsi qu’une autre Vierge à l’Enfant et saint Jean appartenant au Palazzo Chigi-Saracini. L’exposition sort des limites de la monographie et rend notamment compte du contexte artistique dans lequel travaillait le peintre : elle présente en effet des tableaux d’Arcangelo Salimbeni, mais aussi celles d’artistes comme Cristoforo Roncalli dit le Pomarancio, personnage politique puissant lié aux Médicis que Casolani a dû connaître en fréquentant la maison d’Ippolito Agostini. Confrontant son œuvre à celle de ses contemporains siennois, tels Francesco Vanni et Pietro Sorri, la rétrospective met aussi en exergue le style familial auquel Casolani a donné naissance par le biais de Cristofano et Vincenzo Rustici, ses beaux-frères, compagnons de travail et émules. Son activité de dessinateur et de graveur y est également remarquablement documentée : l’artiste a fait preuve dans ce domaine d’un esprit universel et a utilisé des techniques variées, comme dans certaines œuvres sur papier provenant des Offices, de la Bibliothèque communale et de la Pinacothèque nationale de Sienne.

- Le plaisir de la couleur. Parcours artistique d’Alessandro Casolani (1552/53-1607), jusqu’au 3 novembre, Musée archéologique de la Collégiale, Piazza della Libertà, Casole, tél. 39 0577 948 705, tlj 10h-12h, 16h-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°148 du 3 mai 2002, avec le titre suivant : Terre de Sienne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque