Mercredi 19 décembre 2018

Sélest’Art

Bienvenue à vidéopolis”‰!

L'ŒIL

Le 27 septembre 2007 - 338 mots

En 21 ans, Sélest’Art, biennale d’art contem­porain de Sélestat, s’est imposé comme un événement majeur de l’art contemporain en Alsace. Cette manifestation, qui a la volonté d’investir totalement la ville à travers des expositions et des soirées à thème, permet de découvrir l’art contemporain dans un cadre différent et vivant.
Après la couleur en 2005, le commissaire d’exposition (et collaborateur de L’œil) Philippe Piguet a choisi la vidéo comme fil conducteur de cette 17e édition. Notre époque vit à l’heure de l’image animée, c’est un support omniprésent et surexploité, et l’art contemporain n’est pas en reste : il se l’est approprié. La vidéo apporte assurément un dynamisme et une énergie à celui-ci, d’où le titre retenu pour la biennale « Vitalité Vidéo ».
Quinze artistes ont été invités à participer à Sélest’Art 07, l’idée étant de ne pas réunir uniquement des vidéastes, mais d’inviter des artistes d’horizons divers comme le peintre Philippe Cognée. S’inspirant du monde urbain, celui-ci présente une œuvre constituée d’une maquette en marbre d’une ville ceinturée d’écrans.
Parmi les artistes vidéastes, on note la présence d’Agnès Varda, « la » cinéaste de la Nouvelle Vague, avec ses célèbres Veuves de Noirmoutier, un vrai monument de l’art vidéo, exposé au Frac Alsace. Samuel Rousseau a été invité à réaliser une production spécifique pour La Poudrière, un étonnant bâtiment du XVIIe siècle.
Les œuvres exposées à Sélest’Art sont de toutes natures. À l’image de Chimerae de l’artiste Maïder Fortuné, qui fait renaître de manière éphémère les héros des dessins animés de notre enfance, ou de l’œuvre mystérieuse de Stéphane Thidet, Du vent dans les champs, représentant une course-poursuite qui n’en finit plus.
Plusieurs commerçants participent à la biennale en accueillant dans leurs vitrines des vidéos, offrant ainsi une forme d’exposition innovante et originale. Les visiteurs vont ainsi à la recherche de l’art contemporain sous la forme d’un itinéraire urbain qui ne manque pas de surprise, comme celle de l’œuvre nocturne, Le Hibou, de Bertrand Gadenne.

« Sélest’Art 07 », ville de Sélestat, Sélestat (67), www.selest-art.fr, tél. 03 88 58 85 75, jusqu’au 14 octobre 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°595 du 1 octobre 2007, avec le titre suivant : Sélest’Art

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque