Vendredi 22 novembre 2019

Mouans-Sartoux (06)

Rêves d’architecture

Art contemporain

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 23 septembre 2013 - 412 mots

L’Espace de l’art concret (EAC) de Mouans-Sartoux poursuit sa programmation axée sur les relations entre les arts plastiques et l’architecture.

Le premier volet présente Yves Klein-Claude Parent, « Le mémorial, Projet d’architecture ». La deuxième exposition réunit des plasticiens qui intègrent une réflexion sur l’architecture dans leur processus créatif. Les œuvres présentées nous font pénétrer dans le cheminement mental et plastique de l’artiste. Les reliefs concrets de façades d’immeubles d’Eden Morfaux  réalisés sur des plaques de béton jouent in fine le registre de l’abstraction. Laurent Mareschal élabore des œuvres fragiles en matière périssable : sols composés d’épices, plans d’appartement tracés au sucre roux qui parlent du caractère éphémère des choses. Simon Boudvin crée d’étonnants tectoèdres de sable qui respectent, contre toute attente, les lois de la physique. A contrario, Wilson Trouvé joue sur l’idée de l’aléatoire, du hasard et de la rationalisation de l’œuvre avec des carreaux de céramique. Les immenses voûtes en brique, d’inspiration romane, que Vincent Gravinet fait tenir par de simples cales en bois, illustrent sa pratique de l’éphémère ou de la catastrophe imminente. Le dessin aux contours nets de Veit Stratmann pose question : est-ce l’esquisse d’un objet réalisé, la représentation postérieure d’un objet, une maquette ou un plan ? Le vocabulaire artistique de Benjamin Sabatier, composé de formes simples exécutées dans des matériaux accessibles, plâtre, béton, n’évite pas non plus le questionnement formel. Andrea Sala, quant à lui, revisite l’origine d’une idée pour en révéler le potentiel caché et lui donner une nouvelle vie.

Donner une nouvelle vie au projet du mémorial d’Yves Klein, c’est le souhait de ses proches et de Claude Parent. L’architecte en a dessiné les plans après sa mort et l’on peut admirer l’étonnante maquette au Musée de Mouans-Sartoux. L’œuvre revisite architecturalement les thèmes favoris de Klein. La collaboration entre le peintre de l’immatériel et l’architecte du béton brut a duré trois ans. Klein, qui a toujours rêvé d’être architecte, trouva en Claude Parent celui qui allait retranscrire ses idées. À travers une sélection de dessins, l’exposition illustre et commente cette collaboration entre deux ambitions autour de l’univers qui leur est propre, univers parfois inversé lorsque le plasticien pense le projet architectural et que l’architecte le dessine. Le parcours présente leurs différentes recherches, notamment un projet sur l’architecture de l’air initié par Klein : élémentaire pour un plasticien de l’immatériel.

« Yves Klein/Claude Parent » et « Rêves d’architecture », jusqu’au 27 octobre 2013, Espace de l’art concret, château de Mouans, Mouans-Sartoux (06).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°661 du 1 octobre 2013, avec le titre suivant : Rêves d’architecture

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque