Retour sur l’École d’Hanoi

Fort du succès remporté l’an dernier, le Bon Marché réorganise une double manifestation autour du Viêt-nam.

PARIS - En quelques jours, boîtes en laque, objets en rotin, nappes, céramiques étaient partis comme des petits pains. Le Viêt-nam est certes à la mode, mais le grand magasin de la Rive gauche ne s’attendait pas à être dévalisé si rapidement. D’où sa volonté de rééditer cette manifestation, avec un approvisionnement plus conséquent. Au premier étage, les clients pourront donc déambuler à travers une sé­rie d’échoppes vietnamiennes.
 
Au sous-sol, les attendent 150 piè­ces : céramiques et sculptures évoquant l’art bouddhique et les dieux du Champa, ainsi que peintures et sculptures représentatives de l’École d’Hanoi, mal connue aujourd’hui en France. Le 27 octo­bre 1924, un arrêté du gouverneur Merlin avait créé l’École des beaux-arts de l’Indochine avec pour mission de former, sous influence française, les artistes du pays. Cette institution sera le creuset d’une confrontation entre les techniques occidentales et les traditions asiatiques – laque, soie, céramique, couleurs…–, et exercera une influence en Annam et au Tonkin.

En sortiront des artistes qui soit resteront sur place, soit s’installeront définitivement en France. Jean-François Hu­bert, expert en art d’Extrême-Orient, a réuni un ensemble représentatif des grandes tendances de l’École pour une exposition dont la direction artistique est assurée par le designer Christian Duc. Par ailleurs, Xavier Lambours expose ses photographies sur le Viêt-nam.

L’ÂME DU VIÊT-NAM, Bon Marché Rive gauche, 19 janvier - 29 février. Catalogue, Éditions Cercle d’Art, 104 p., 120 ill., 160 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°21 du 1 janvier 1996, avec le titre suivant : Retour sur l’École d’Hanoi

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque