Mercredi 19 février 2020

Profession festivalier

Reims, Quimper, Cahors, Arles, Nice : des festivals en plein essor

Le Journal des Arts

Le 1 mai 1996 - 849 mots

Le Mai de la Photo de Reims se donne un 'Mauvais genre', pendant que celui de Quimper dresse le bilan de quinze années d’activités ; non content de porter la durée de sa programmation à trois semaines, le Printemps de Cahors exporte certaines de ses expositions à l’étranger – tout comme les Rencontres internationales de la photographie d’Arles – afin d’assurer une plus large audience à la manifestation. Enfin, après les Écoles finlandaise et italienne, Septembre de la photo à Nice porte son regard sur la photographie anglaise.

L’exposition centrale du Mai de la photo de Reims, "Mauvais genre", rassemble, à l’Ancien collège des Jésuites, les travaux de trente photographes, dont Marin Kasimir, Yves Trémorin, Frédéric Gallier, Felten & Massinger, Helen Chadwick, Robin Collyer, Florian Merkel, Philippe Bazin… Par ailleurs, douze expositions individuelles (Mac Adams, Marcel Dinahet, Annelies Strba, Florence Lazar, Astrid Klein, Loriot & Mélia…), ainsi qu’une série de rencontres et de débats se succéderont dans une douzaine de lieux, du 2 mai au 2 juin. Renseignements au 26 40 22 23.

Du 2 mai au 1er juin, une dizaine d’expositions sont organisées à Quimper, par l’association L’œil quimpérois, pour Mai-Photographies 96. "Coup de cœur pour têtes d’affiche" se veut une "anthologie" des meilleurs moments de la manifestation, qui fête ses quinze ans cette année (avec Mario Giacomelli, Hubert Grooteclaes, Eva Rubinstein, Jan Saudek…), mais l’essentiel de la programmation sera comme toujours consacré à la promotion des jeunes artistes. Programme complet au 98 95 33 97.

La VIe édition du Printemps de Cahors aura une durée de trois semaines, contre deux les années précédentes (du 14 juin au 7 juillet). Et pour la première fois, une partie des expositions sera reprise à l’étranger. Dix-huit expositions sont organisées dans huit lieux différents : le Musée Henri-Martin (Garry Hill, Ange Leccia, Rhona Bitner, Hans-Peter Feldmann, Jorge Ribalta, Laurie Simmons), la Chantrerie (Jurgen Klauke, Boyd Weeb), l’Espace Caviole (Thomas Joshua Cooper, Timothy Mason, Georges Stoll), le moulin Saint-James (Stéphane Couturier, Rineke Dijkstra), le Grenier du Chapitre (Alfredo Jaar, Seton Smith), la chapelle du Musée (Anne et Patrick Poirier), le tribunal (Claude-Philippe Benoit) et la chapelle des Dames de Nevers (Andy Goldsworthy).

Les projections de nuit traiteront notamment de l’histoire de la photographie entre 1956 et 1996 : la première rendra hommage à Robert Frank, Wiliam Klein, Cartier-Bresson… une seconde soirée sera consacrée à Bill Brandt, Irving Penn, Joseph Sudek, Diane Arbus… et une troisième à Andy Warhol, Gilbert & George, Cindy Sherman, Joël-Peter Witkin, Rhona Bitner… Jorge Orta réalisera une installation spéciale pour la cour de l’Archidiaconée ; des films sur le travail des artistes exposés, ou réalisés par eux, seront projetés en salle de cinéma ; les éditions Marval présenteront leurs ouvrages dans la cour Caviole, où la galerie lyonnaise Le réverbère 2 sera invitée à exposer les artistes qu’elle défend (D. Roche, A. Bonzon, W. Klein, Y. Rozet, L. Fourneaux et J.-C. Palisse). Enfin, une projection-rétrospective Lee Friedlander, des années soixante à 1993, est programmée (sous réserve). Rens. (1) 41 12 80 50.

Le festival des Rencontres internationales de la photographie d’Arles (Rip), placé sous la direction artistique du photographe Joan Fontcuberta, aura lieu du 6 au 11 juillet. Pour assurer une plus large diffusion de la manifestation et réduire ses coûts, 6 des 17 expositions programmées autour du thème choisi cette année – la fiction – ont été coproduites avec des musées étrangers. Parmi elles, "Le masque et le miroir : à la recherche de l’identité perdue", une sélection d’œuvres réalisées par des femmes artistes telles que Sophie Calle, Orlan, Sinje Dillenkofer, Annie Sprinckle, Cindy Sherman ; la première rétrospective de l’artiste américaine Nancy Burson ; une rétrospective Ralph Eugene Meatyard ; les recherches sur "Le Trompe l’œil" de Luigi Ghirri, etc.

Un triple hommage sera rendu à Jorge Luis Borges, Roland Barthes et Vilém Flusser. Ainsi, une projection autour du rêve dans les récits de Borges est prévue au théâtre antique, qui accueillera par ailleurs une soirée consacrée aux photos de Meatyard, Laughlin, et quelques autres, sur le thème du mystère. Au même endroit, William Wegman présentera en personne une série de diapositives acompagnées de vidéos et de films, tout comme Joël-Peter Witkin, qui projetera une série de diapositives, mais à l’Archevêché. Rip : 90 96 76 06.

La IVe Biennale Septembre de la photo à Nice a choisi pour thème "La promenade des Anglais, regards sur la photographie anglaise", du 6 septembre au 6 octobre. "Souveraine Angleterre", l’exposition historique de la Royal Photographic Society présentée à l’hôtel de Sully à Paris jusqu’au 9 juin, est attendue au Musée Matisse ; Lord Snowdon au Musée Jules Chéret ; John Statathos, Gabriella Sancisi et John Kippin à la Galerie-Musée Dufy ; Chris Killip et Martin Parr à la Galerie-Musée Mossa ; Hamish Fulton et Michael Kenna à l’Atelier d’art contemporain ; Boyd Weeb à la Villa Arson… D’autes expositions sont prévues aux alentours : Bill Brandt au Musée Fernand Léger à Biot, Craigie Horsfield au Musée Magnelli à Vallauris, ainsi qu’une exposition collective au château de Tourrettes-sur-Loup. Centre municipal de la photographie de Nice : 92 04 99 70.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°25 du 1 mai 1996, avec le titre suivant : Reims, Quimper, Cahors, Arles, Nice : des festivals en plein essor

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque