Samedi 15 décembre 2018

Questions à... Ulf Küster

Commissaire de l’exposition « Giacometti »

L'ŒIL

Le 24 août 2009 - 250 mots

Quels sont les liens particuliers entre Ernst Beyeler et Giacometti ?
Giacometti est représenté dans la collection d’Ernst et Hildy Beyeler par des pièces exemplaires de son œuvre tardive. L’une des plus connues est certainement l’ensemble destiné à la Chase Manhattan Plaza (1960), dont la célèbre sculpture Homme qui marche II (1960) est devenue emblématique de la fondation Beyeler, sinon d’Ernst Beyeler lui-même. Ce dernier connaissait bien Alberto Giacometti. C’est à sa persévérance que l’on doit le maintien en Suisse de l’intégralité de l’importante collection Giacometti de l’industriel de Pittsburgh, G. David Thompson, au début des années 1960. Au total, près de 300 œuvres de Giacometti sont passées entre les mains du  galeriste Ernst Beyeler.

En quoi Giacometti était-il préoccupé par le rapport de l’œuvre avec l’espace et le temps ?
La possibilité de jouer à proximité de l’atelier de son père fut une expérience décisive pour Giacometti. Cette situation singulière a déterminé son œuvre en même temps que ses rapports avec ses frères et sœur. L’aspect ludique de l’art, qui se manifeste de façon fascinante dans les objets cinétiques de l’époque surréaliste, marque le point de départ d’une conception devenue essentielle pour l’art d’Alberto : l’idée de l’unité du temps et de l’espace. Le mouvement représenté – dont celui du spectateur – est également lié à l’instant où il se produit, ainsi qu’à l’espace qu’il parcourt. Dans ses recherches sur le thème de l’espace et du temps, les membres de sa famille furent pour Alberto des éléments de référence irremplaçables.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°616 du 1 septembre 2009, avec le titre suivant : Questions à... Ulf Küster

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque