Mercredi 21 février 2018

Questions à... Patrick Le Nouëne

Directeur des musées d’Angers, commissaire de l’exposition

L'ŒIL

Le 26 juin 2009

À quelle famille d’artistes rattacheriez-vous Robert Malaval ?
Malaval est niçois mais il ne fait pas partie de l’école de Nice, il fait de l’abstraction mais n’est pas un artiste abstrait, il utilise l’objet mais ne fait pas partie des Nouveaux Réalistes. En fait, c’est un artiste totalement inclassable.

Qu’est-ce qui fait la singularité de sa démarche ?
C’est quelqu’un qui a vraiment pensé le décloisonnement de la pratique picturale en introduisant dans son travail le son, l’éclairage, le design. Il était passionné de musique et avait chaque fois une façon d’opérer comme s’il faisait un concert ou un album. Son œuvre est un véritable mixte.

En quoi l’œuvre de Robert Malaval est-elle exemplaire ?
Elle l’est dans un rapport à la vie qui est tout à la fois enthousiaste, enjoué et exigeant. Malaval était un autodidacte. Il n’avait jamais appris la peinture et avait le souci de ne pas s’enfermer dans une manière. Si son exigence l’a souvent conduit jusqu’à l’excès, c’était pour lui une question de liberté.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°615 du 1 juillet 2009, avec le titre suivant : Questions à... Patrick Le Nouëne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque