Jeudi 13 décembre 2018

Questions à... Joséphine Matamoros

Directrice du musée de Céret

L'ŒIL

Le 24 août 2009 - 161 mots

En quoi les paysages sont-ils « sublimés », comme l’indique  le titre de l’exposition ?
Parce que tous les artistes qui sont venus à Céret ont voulu représenter la beauté des lieux à travers leur propre sensibilité.

Picasso manque beaucoup  à l’exposition !
Je le regrette vraiment, car en trois séjours à Céret, Picasso a réalisé plus de deux cents œuvres, mais au fond peu de paysages. Cependant, les vingt-neuf coupelles tauromachiques qu’il a produites en 1953 puis offertes à la commune concluent heureusement le parcours.

Du paysage aux préoccupations environnementales, il n’y a  qu’un pas…
Oui, je souhaite aussi m’adresser aux citoyens et les sensibiliser à la protection de la nature qui nous entoure. Les tableaux modernes permettent de mesurer à quel point notre environnement s’est dégradé. Heureusement, le cœur de la ville a été préservé. Nous avons la chance d’avoir eu à Céret les plus grands artistes du xxe siècle qui ont sublimé la ville, elle mérite aujourd’hui un regard particulier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°616 du 1 septembre 2009, avec le titre suivant : Questions à... Joséphine Matamoros

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque