Lundi 24 septembre 2018

Philippe Ramette et l’espace-temps

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 janvier 2006 - 180 mots

Défiant toutes les lois de la gravitation, Philippe Ramette se photographie régulièrement dans les positions les plus insolites qui soient. À la perpendiculaire du tronc d’un arbre, dans le vide en surplomb d’un parapet, debout sur une perche dans les airs… Son art relève de la fabrication d’objets visant à questionner nos habitudes perceptives.
Invité du musée de Picardie, Ramette a créé dans le grand salon, lieu de réunion d’œuvres des XVIIIe et XIXe siècles, une installation invitant le spectateur à une nouvelle appréhension de l’espace et du temps. C’est l’occasion pour lui d’instrumentaliser expérience personnelle et subjective d’une part, expérience collective et objective de l’autre.
Le temps égrené constitue le dénominateur commun aux deux projets qu’il a conçus, Espace d’anticipation et Bombe humaine pacifique. Ici, comme une salle d’attente avec bancs placés face à une horlogerie électronique ; là, le buste harnaché d’un mannequin avec boîtier simulant les pulsations
du cœur. Question de rapport au corps et d’espace-temps.

« Philippe Ramette », Amiens (80), musée de Picardie, 48 rue de la République, tél. 03 22 97 14 00, jusqu’au 30 avril.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°576 du 1 janvier 2006, avec le titre suivant : Philippe Ramette et l’espace-temps

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque