Dimanche 25 février 2018

Musée des Beaux-Arts de Bordeaux (33). Jusqu’au 14 mars 2010

Passion Bordeaux

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 26 janvier 2010

Daniel Thierry et son épouse, Sophie Schyler-Schröder, issue d’une illustre famille de négociants d’origine hanséatique installée à Bordeaux au début du XVIIIe siècle, ont constitué en une vingtaine d’années une collection de tableaux, dessins, gravures et documents rares allant du XVIe au XXe siècle, en relation avec leur passion pour Bordeaux et sa région.

Le musée des Beaux-Arts de la capitale girondine présente un florilège de cette collection privée, dont la caractéristique la plus saillante est sans conteste un goût affirmé pour un classicisme exigeant et raffiné.

L’exposition permet de découvrir l’évolution du paysage de la ville portuaire et de ses environs, sans oublier la vie quotidienne mondaine ou populaire et le travail de la vigne. Les vues du port illustrent les transformations des berges, les quais verticaux et les grues se substituant progressivement aux cales en pente douce et aux étroites passerelles qui permettaient de charger et décharger à dos d’homme les bateaux amarrés. Deux Vue de la ville et du port de Bordeaux de Joseph Vernet côtoient une gravure rare : la Warhaffte contrafchtung der Statt Bourdeaux datée de 1578, et de remarquables dessins d’architectes. Entre autres œuvres attrayantes, une très classique Vue de Libourne d’Antoine Heroult, Arcachon, une marine d’Albert Marquet aux couleurs particulièrement vives, un Paysage enneigé de Rosa Bonheur et le Cargo allemand saboté dessiné par Charles Philippe en 1945.

Voir

« Éloge de Bordeaux, trésors d’une collection, de Victor Louis à Jean Dupas », musée des Beaux-Arts, 20, cours d’Albret, Bordeaux (33), www.bordeaux.fr, jusqu’au 14 mars 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°621 du 1 février 2010, avec le titre suivant : Passion Bordeaux

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque