Lundi 10 décembre 2018

musée

Panza di Biumo, esthète éclairé

L'ŒIL

Le 1 novembre 2000 - 306 mots

Ce sont 20 pièges à lumière. 20 cubes de verre d’une cinquantaine de centimètres de haut pénétrés de rayons lumineux qu’ils emprisonnent, accumulent, pour irradier à leur tour et donner à voir la « matière lumineuse ». 20 Inch Cube Box, de Larry Bell, est l’une des 18 œuvres de l’exposition « Venise/Venezia : Art californien de la collection Panza ». C’est aussi la première œuvre d’art environnemental acquise par l’Italien Giuseppe Panza di Biumo en 1968. À partir du milieu des années 60 et durant toutes les années 70, ce grand collectionneur d’art américain s’intéresse aux artistes de la côte ouest. Il fréquente James Turrell, Robert Irwin, Doug Wheeler, Maria Nordman, Bruce Nauman, Eric Orr. Loin du minimalisme new yorkais, ces derniers entreprennent de nouvelles expériences fondées sur l’espace et la lumière, interpellant les sens de l’individu et non plus son intellect. Selon Panza, ce mouvement décisif dans l’histoire de l’art du XXe siècle plonge ses racines dans les paysages romantiques de Caspar David Friedrich, dans les recherches psychanalytiques de Freud, dans les peintures métaphysiques de Giorgio De Chirico. Leurs installations sensorielles trouvent des parallèles avec des expériences primordiales et régénératrices telles que l’immersion dans le désert ou les retraites mystiques. « La plupart des artistes de Los Angeles travaillant avec la lumière et l’espace ont visité ou vécu dans des monastères bouddhistes, où des salles ouvrent sur l’extérieur pour voir la nature avec une intensité particulière, où des plate-formes permettent d’observer à loisir la lune. » C’est à Venise, dans la « ville lumière » où ces artistes californiens ont pour la plupart travaillé que sont présentées quelques œuvres phares de la collection Panza, mises en espace par Germano Celant. Un avant-goût de la grande présentation que Bilbao consacre au collectionneur italien  à la fin du mois.

VENISE, Peggy Guggenheim Collection, jusqu’au 7 janvier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°521 du 1 novembre 2000, avec le titre suivant : Panza di Biumo, esthète éclairé

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque