Mercredi 14 novembre 2018

Merveilleuse collection Esterházy

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 4 décembre 2007 - 330 mots

Certaines expositions n’ont pas besoin d’être pléthoriques pour procurer une réelle satisfaction au visiteur. C’est le cas de celle qui se tient en ce moment au château de Compiègne, où est présentée une très belle sélection de peintures, dessins et gravures, issue de la collection Esterházy et aujourd’hui partagée entre le Musée des Beaux-Arts de Budapest et la fondation familiale. Certaines œuvres n’avaient jamais été réunies depuis la vente de la majeure partie de la collection à l’État hongrois, en 1870.
Famille aristocratique hongroise, active au sein de l’administration de l’empire autrichien, les Esterházy détenaient une prestigieuse collection constituée dès le XVIIe siècle. Nicolas II (1765-1833) l’enrichit considérablement grâce à des achats menés sous la houlette de son conseiller, Joseph Fischer, mais aussi au gré de ses voyages dans les grandes capitales européennes.
À sa mort, il légua à son fils quelque mille cent cinquante-six tableaux, trois mille cinq cents dessins et cinquante mille gravures, rivalisant ainsi avec les grandes collections de l’ancien empire austro-hongrois, celle du duc Albert de Saxe-Teschen et celle des princes de Liechtenstein.
Habitué de l’Italie, Nicolas II ne cacha pas ses accointances avec la peinture de la péninsule, brillamment représentée par un étonnant Véronèse ou encore par un rare Bellotto figurant une vue de Florence. Réunie dès 1814 dans le palais Kaunitz, à Vienne, et ouverte à la visite, cette collection était également constituée du meilleur des autres écoles européennes : flamande (Cranach, Jordaens), espagnole (Zurbaran, Ribera) ou française (La Hyre, Le Lorrain). Son prestigieux cabinet de dessins était aussi riche de feuilles du Guerchin, de Dürer ou encore de Goya.
Amateur d’architecture, Nicolas II s’offrit les services d’un architecte français, Charles Moreau, pour moderniser la résidence familiale d’Eisenstadt, transformée en palais néoclassique digne de ce prince des plus éclairés en matière artistique.

« Nicolas II Esterházy (1765-1833), un prince hongrois collectionneur », Musées et domaine nationaux du château de Compiègne, place du Général-de-Gaulle, Compiègne (60), tél. 03 44 38 47 02, jusqu’au 7 janvier 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°597 du 1 décembre 2007, avec le titre suivant : Merveilleuse collection Esterházy

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque