Manet, genèse d’une œuvre perdue

L'ŒIL

Le 1 juillet 1999

La réunion à la Frick Collection de deux fragments d’une peinture d’Edouard Manet exposée au Salon de 1864 porte un éclairage nouveau sur les méthodes de travail de l’artiste pendant sa période espagnole.
Le Torero mort (National Gallery of Art, Washington) et La Course de taureaux (The Frick Collection, New York) ne faisait qu’un à l’origine, sous le titre Incident dans une course de taureaux. Sa réception fut plutôt mauvaise et l’artiste décida de couper et retoucher sa toile, altérant ainsi à jamais la composition initiale. À partir de méthodes scientifiques et de reconstitutions graphiques, l’exposition tente de retracer l’histoire d’un tableau incompris qui finalement donna naissance à deux chefs-d’œuvre autonomes.

NEW YORK, The Frick Collection, jusqu’au 22 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°508 du 1 juillet 1999, avec le titre suivant : Manet, genèse d’une œuvre perdue

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque