galerie

Les Nabis, graphiques et colorés

L'ŒIL

Le 1 novembre 2002

Les années 1890-1900 sont celles du développement du marché de l’art. Le règne du salon officiel décline et un réseau de galeries se met en place, notamment avec les marchands Le Barc de Bouteville, Vollard et Durand-Ruel. Parallèlement, on assiste à un véritable essor de la presse artistique. Souvent éphémères, les petites revues se multiplient et témoignent d’une prolifération nouvelle du discours sur l’art. L’histoire des Nabis est intimement liée à cette évolution. Dès 1891, Le Barc de Bouteville rend visite à Bonnard, Vuillard, Sérusier, Ibels, Denis et Ranson pour leur demander 50 toiles en vue d’une exposition. Ce sera, en décembre, la première « exposition des peintres impressionnistes et symbolistes » organisée dans sa galerie. Il y en aura huit, jusqu’en novembre 1894. L’émergence des Nabis est en grande partie due à la conviction de ce marchand qui accueille dans ses salons les talents naissants, ceux susceptibles de produire de l’art neuf. A la même période, les artistes sont sollicités pour exposer dans les locaux de la Revue Blanche, qui est en pleine renaissance. Pour chaque numéro, ils produisent des œuvres graphiques inédites, des affiches et des lithographies. En 1894, l’Album de la Revue Blanche réunit 12 estampes signées et numérotées, sous une couverture réalisée par Bonnard, symbiose parfaite entre le dessin et la calligraphie. Seulement quatre albums complets de ce type existent encore aujourd’hui. En réunissant près de 300 œuvres dans ses deux espaces, dont l’un de ces précieux albums, la galerie Berès offre un large panorama de la production graphique de cette période. Elle propose aux côtés d’œuvres connues (La Sieste de Vuillard) de nombreuses découvertes comme les Elégantes sur les boulevards de Hermann Paul ou les magnifiques études de tigres de Ranson. Chaque lithographie est accompagnée d’études préparatoires, dessins, bois gravés ou aquarelles aux couleurs étonnement vives, qui montrent le cheminement de l’artiste. L’ensemble réuni est exceptionnel et de grands musées, habituellement réticents à l’égard des galeries, ont accepté de prêter certaines de leurs œuvres pour l’événement.

- PARIS, galerie Berès, 25, quai Voltaire et 35, rue de Beaune, tél. 01 42 61 27 91, 11 octobre-14 décembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°541 du 1 novembre 2002, avec le titre suivant : Les Nabis, graphiques et colorés

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque