Lundi 24 septembre 2018

Le verre dans tout son éclat

L'ŒIL

Le 1 septembre 1999 - 250 mots

Passionnante aventure que celle du verre puis du cristal en Wallonie, du Moyen Âge à nos jours. À savoir comment on imita d’abord le soufflage à chaud des Vénitiens, puis comment on en vint à fabriquer du verre plat et enfin du verre industriel. Comment ces diverses techniques et les formes qui en découlaient voyagèrent d’Anvers à Liège puis à Namur. Comment de nouvelles formes naquirent, adaptées plus spécialement aux traditions de la Belgique d’alors. Ainsi, par exemple, cette curieuse bouteille à eau de Spa, toute aplatie, sans fond, et que l’on était obligé de poser sur un socle, le plus souvent d’osier. Ou encore la cloche à pain de sucre. Comment aussi on passa allègrement du verre à la fabrication du cristal qu’on allait pouvoir tailler et biseauter en pointe de diamant afin de rendre la verrerie bien géométrique (et bien lourde !). Enfin comment naquit et se développa la célèbre cristallerie du Val-Saint-Lambert, près de Liège, dont les Belges sont encore aujourd’hui si fiers. Elle eut son apogée au moment de l’Art Nouveau ainsi que le démontre le sublime vase Crépuscule de Philippe Wolfers, en cristal à couches multiples et vermeil. Avec ses deux chauve-souris mauves satinées, il surpasse presque les meilleures réalisations de Daum ou de Gallé ! Aujourd’hui la cristallerie s’est mise à la page en produisant récemment (parmi, il faut malheureusement bien l’avouer, des modèles ahurissants de laideur), des vases de Borek Sipek et un chef-d’œuvre de Martin Székély.

Centre de Wallonie-Bruxelles, jusqu’au 12 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°509 du 1 septembre 1999, avec le titre suivant : Le verre dans tout son éclat

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque