Mardi 10 décembre 2019

musée

Le Popup de Matali

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 1 septembre 2002 - 373 mots

« J’aime bien, quand on m’en donne l’opportunité, donner à réfléchir », déclare le jeune designer français Matali Crasset, créatrice du Popup space. Ce projet prospectif est présenté dans la toute première exposition que lui consacre un musée et qui permet aussi de redécouvrir les créations « du quotidien » déjà éditées, parmi lesquelles le diffuseur de parfum Sunic, le service Omni pour Cristal Saint-Louis ou le lit d’appoint Quand Jim monte à Paris, élément de la série des objets « amis de Matali ». Puis, prolongeant l’expérience de l’Oritapi, tapis de jeu pour enfants qui passe de la 2e à la 3e dimension, le Popup est une nouvelle définition de l’habitat qui récuse la notion de confort et d’espace décoratif dont nous avons hérité où chaque élément a sa place et ne peut en bouger. Ici, pas de table, ni de chaise, mais un plancher de quatre mètres sur quatre dans une matière souple qui peut être déformée en son centre et constituer une cellule habitable d’environ 10 m2. Cet espace se rapproche davantage, selon le designer, de la yourte domestique – ces tentes des nomades d’Asie centrale. C’est un travail sur l’intimité, mais qui laisse pénétrer la lumière et permet de rester en contact avec l’extérieur. Au sein du Popup, un second espace, ludique, s’articule autour de l’eau qui n’est plus canalisée, mais s’écoule tel un ruban dans un textile imperméable. Matali Crasset a voulu exprimer l’idée d’un retour à une relation première, plus naturelle et plus proche de l’eau, telle que la conçoivent les enfants, ou qui existait chez les hommes préhistoriques dont la vie s’organisait, en partie, autour de cet élément. Ce projet n’a pas été conçu pour être réalisé, mais pour interroger le visiteur sur sa conception de l’habitat et ses éventuelles évolutions. Parallèlement, les étudiants de l’Ecal, l’école de design de Lausanne dans laquelle elle enseigne, pourront intervenir sur son travail dans un « Worshop interstice », et faire des propositions sur les notions de confort, mais aussi sur la façade du musée afin que celui-ci ne soit plus seulement un lieu d’exposition, mais un atelier de réflexion et de création.

- LAUSANNE, Mu.dac, 6, place de la Cathédrale, tél. 21 315 25 30, 19 septembre-10 novembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°539 du 1 septembre 2002, avec le titre suivant : Le Popup de Matali

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque