Dimanche 21 octobre 2018

Le musée des enfants de la pub

L'ŒIL

Le 1 novembre 1999 - 359 mots

Devant le petit écran, on consomme quotidiennement toutes sortes de pubs, passant de « Papa c’est quoi cette bouteille de lait ? », à « Pas assez cher mon fils... ». Pour ceux qui veulent revenir sciemment sur ces films publicitaires, il existe désormais un nouveau lieu voué entièrement à la publicité. L’ancien Musée de l’Affiche, créé en 1978 et fermé depuis plus de dix ans, intègre en effet, après une restructuration complète, l’aile de Rohan du palais du Louvre. Sa grande nouveauté est de mettre l’accent sur la documentation, avec une médiathèque, et une informatisation intégrant les supports audio-visuels comme des œuvres à part entière. Véritable musée de notre mémoire collective, il comporte désormais un espace interactif équipé d’une base de données permettant de consulter trois siècles de créations, partagés entre spots radios, affiches, annonces-presse, films publicitaires, PLV, portraits, (en tout 15 000 affiches et 10 000 films publicitaires). Conçu par l’architecte Jean Nouvel, il évoque par sa configuration une ville, avec sa place conviviale dotée d’un bar, sa rue tapissée d’affiches et ses cours. La « place » – siège de futurs débats avec des créateurs, des réalisateurs, des photographes – se propose également d’accueillir les créations de jeunes artistes. Sont conviés pour l’ouverture. Valérie Belin, qui présente une série de photographies sur des body-builders, Claude Closky, Frédéric Sanchez et Guillaume Paris. L’endroit se prête également aux projections permanentes, avec, pour commencer, une émission de Culture Pub entièrement consacrée à « Un siècle de publicité ». Mouvant et moderne, le musée détient par ailleurs une collection importante d’affiches anciennes allant du milieu du XVIIIe siècle à la Deuxième Guerre mondiale, signées par des artistes prestigieux tels Toulouse-Lautrec, ainsi qu’une série contemporaine allant de 1950 à nos jours, retraçant notamment les grandes campagnes de pubs, telles Benetton, Virgin ou Perrier. Le cheminement au sein du musée s’achève par une exposition temporaire consacrée à René Gruau, célèbre affichiste et illustrateur de l’après-guerre, à qui l’on doit Rouge baiser, le Bas Scandale... et par là-même l’existence d’un tel musée.

PARIS, Musée de la Publicité, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris, tél. 01 44 545 57 50, ouverture le 15 novembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°511 du 1 novembre 1999, avec le titre suivant : Le musée des enfants de la pub

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque