Dimanche 21 octobre 2018

Le monde fantastique d’Odilon Redon

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 décembre 2005 - 338 mots

Des noirs profonds et inquiétants, des couleurs vives et éclatantes, l’œuvre d’Odilon Redon, né à Bordeaux en 1840, mort à Paris en 1916, est l’une des plus paradoxales qui soient. Son art qui se repaît d’images de têtes coupées, d’apparitions hallucinées, de figures monstrueuses, d’envolées mythologiques et d’yeux clos compte au titre d’une histoire du symbolisme dans ce qu’il a de plus narratif, voire de plus littéraire. Intitulé « Dans le rêve », le tout premier album de lithographies que Redon publie en 1879 dit clairement la dimension onirique de sa démarche.
En quête d’ouvertures inédites sur le monde, il se fera l’interprète d’auteurs comme Baudelaire, Edgar Poe ou Mallarmé, tout en même temps que, féru de botanique, il se penchera sur l’infiniment petit. « Ses dessins, écrira Huysmans dans À rebours, étaient en dehors de tout ; ils sautaient, pour la plupart, par-dessus les bornes de la peinture, innovaient un fantastique très spécial, un fantastique de maladie et de délire. » Parce qu’il est fondamentalement visionnaire et qu’il en appelle à des aspirations mystiques et métaphysiques qui ont traversé tout le XIXe siècle, l’art de Redon prélude aux investigations de l’inconscient qui constituent le socle du surréalisme.
En 2000, le musée d’Art moderne de New York a eu la chance de recevoir en don une centaine d’œuvres de l’artiste. Peintures, pastels, aquarelles, dessins, estampes et livres illustrés sont ainsi venus renforcer le fonds dont disposait déjà l’institution américaine pour en faire l’un des plus importants au monde. L’exposition intitulée « Beyond the Visible : The Art of Odilon Redon » est l’occasion de prendre la mesure de l’étendue complète de tous les talents de Redon.
Maître dans l’art du dessin, il exploitait chacun des matériaux qu’il employait avec une maîtrise et une adéquation absolues. Son œuvre abonde en mystérieux fusains « noirs », en pastels lumineux, en toiles aux riches textures, en lithographies aux teintes dramatiques.

« Beyond the Visible : The Art of Odilon Redon », The Museum of Modern Art, 11 West 53 Street, New York, tél. 00 1 212 708 9400, www.moma.org, 30 octobre-23 janvier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°575 du 1 décembre 2005, avec le titre suivant : Le monde fantastique d’Odilon Redon

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque