Vendredi 14 décembre 2018

Le MAC/VAL à Vitry

Un musée utopiste et humaniste

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 1 novembre 2005 - 348 mots

La construction et l’ouverture d’un musée sont toujours un événement. Qui plus est quand un musée d’art contemporain est bâti en banlieue parisienne, parmi un public pas toujours acquis. Retour sur la genèse du MAC/VAL de Vitry-sur-Seine.

Depuis 1996, la sculpture monumentale de Jean Dubuffet, Chaufferie avec cheminée, se dressait seule au milieu du carrefour de la Libération (ill. 2), à deux pas du centre-ville de Vitry-sur-Seine. Prévue pour être le signal de la construction de ce nouveau musée d’art contemporain, il aura fallu attendre près de dix années pour qu’elle prenne enfin tout son sens : servir de point de repère au visiteur égaré dans cette banlieue où l’automobile est encore reine.
Dès la mi-novembre, les curieux pourront donc se presser vers le bâtiment flambant neuf construit pour accueillir le MAC/VAL. Là, ils pourront découvrir un premier accrochage de la riche et ambitieuse collection – près de mille œuvres au total – constituée patiemment depuis 1982 par le Conseil général du Val-de-Marne, sous la houlette du critique d’art Raoul-Jean Moulin puis, depuis 1998, de sa conservatrice, Alexia Fabre, qui lui a insufflé un peu de fraîcheur en y introduisant la jeune garde de la création. Le résultat est celui d’une confrontation de générations, d’un face-à-face visant « à mettre en relation l’histoire avec ce qui est en devenir », dans le respect de la spécificité du musée, qui ne traite que de la scène artistique en France depuis les années 1950. Un parti pris original et inédit, qui valorisera enfin des artistes trop souvent écartés des grands flux du marché de l’art international. Dans les vastes salles d’expositions inondées de lumière, les œuvres de Rancillac (ill. 13), Hantaï, Morellet, Boltanski, Sala, Bublex et tant d’autres se déploient en toute aisance le long d’un parcours thématique – décidément à la mode –, préféré au traditionnel parcours chronologique. Lumière, action, paysages, villes, individu, vie moderne… : autant de thèmes choisis pour démontrer que l’art et la vie sont indissociables. L’ambition est aussi de provoquer une rencontre avec les artistes, dont la voix sera restituée grâce aux audioguides gratuits. Une approche inédite et « désacralisante » de la création.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°574 du 1 novembre 2005, avec le titre suivant : Le MAC/VAL à Vitry

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque