Mercredi 19 février 2020

Art contemporain

Dunkerque (59)

Le LAAC souffle ses dix bougies

LAAC - Lieu d’art et action contemporaine jusqu’au 3 avril 2016

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 21 février 2016 - 326 mots

Le Musée d’art contemporain de Dunkerque a ouvert en 1982 pour accueillir un millier d’œuvres offertes à la Ville par un collectionneur audacieux, Gilbert Delaine (1934-2013).

Fermé en 1997 pour des raisons techniques et politiques, le bâtiment atypique conçu par l’architecte Jean Willerwal a rouvert en 2005, devenant le LAAC. Cet anniversaire est l’occasion de dresser un premier bilan. Avec optimisme et fierté puisque plus de cinq cent cinquante œuvres, peintures, sculptures et surtout créations d’art graphique (dessins, estampes, photographies) ont rejoint la collection depuis dix ans. L’exposition a l’ambition de permettre au public de mieux appréhender la vie d’un musée en constante évolution en abordant les questions : comment se pense, se gère et se développe une collection ? Achats, dons, dations, dépôts sont évoqués au fil d’un parcours présentant des œuvres liées à des mouvements historiques du XXe siècle et des réalisations contemporaines. La première salle, consacrée aux dons, legs et donations, permet d’apprécier les choix retenus. En 2006, Andrée Doucet, veuve de Jacques Doucet (1924-1994), a remis au musée un ensemble de vingt-huit estampes, représentatif de la quasi-totalité de l’œuvre gravé de son mari (vingt-neuf au total) et une sélection de peintures. Trois sculptures de Mark Brusse et des travaux aussi divers qu’une huile sur bois, plexiglas et duraluminium de César Domela (Relief n° 147, 1973), des peintures de Lindström, des petits formats de Guy de Lussigny et de Christine Deknuydt mettent en valeur une certaine diversité de la création moderne et contemporaine. La suite du parcours donne à découvrir ou imaginer la totalité des œuvres acquises depuis 2005. La reconstitution d’un espace des réserves, nécessairement interdites au public, permet de porter un regard sur la complexité et la richesse de l’organisation d’un établissement d’art contemporain. Souhaitons que le LAAC, devenu au fil des ans une structure phare du paysage culturel nordiste,  amplifie à l’avenir sa quête qualitative en proposant aux publics la découverte de nouveaux territoires éloignés des sentiers battus et rebattus.

« J’ai 10 ans”‰! »

LAAC, 302, avenue des Bordées, Dunkerque (59), www.musee-dunkerque.eu

Légende photo
Vues des collections du LAAC, Dunkerque. © Photo : Cathy Christiaen.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°688 du 1 mars 2016, avec le titre suivant : Le LAAC souffle ses dix bougies

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque