Fonds régional d’art contemporain, Amiens (80) Jusqu’au 8 février 2011

Le Frac Picardie souffle 25 bougies de dessin

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 15 novembre 2010 - 414 mots

On a tout dit, tout écrit sur les Frac, les fameux fonds régionaux d’art contemporain. On les a discutés, on les a vilipendés, on les a célébrés.

On a dit que leurs dirigeants étaient aux ordres du ministère de la Culture, que leurs collections étaient l’expression d’un art officiel, mais aussi qu’ils font un travail pédagogique de premier ordre, que ce sont de vrais leviers pour inciter à devenir collectionneur, enfin qu’ils ont entraîné les musées à se penser de façon plus prospective. La vérité est qu’ils se sont imposés au fil du temps comme l’un des maillons essentiels à la promotion et à la diffusion de l’art contemporain et qu’ils en sont aujourd’hui des outils indispensables. Certes tout n’est pas rose et toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne. Certaines figurent aux toutes premières places du « top ten » alors qu’on ne les y attendait pas. Ainsi de la Picardie dont le Frac est un remarquable exemple. 

Il y a vingt-cinq ans, l’orientation qu’en a proposée son directeur, Yves Lecointre, de le consacrer exclusivement au dessin s’est avérée pleinement judicieuse et la permanence de ce dernier aux commandes de l’institution n’a eu pour effet que d’en  renforcer la pertinence. Très vite, le Frac Picardie s’est ainsi distingué en constituant non seulement une collection de premier choix, grande ouverte à tous les styles et à tous les protocoles, notamment le wall drawing, mais en opérant à tous les stades de sa gestion : conservation, documentation, restauration, circulation, édition… 

Pour fêter ses « 25 ans de dessin », l’institution picarde a décidé d’organiser plusieurs expositions sur l’année en différents lieux où elle a pris l’habitude de se poser. Dans les locaux mêmes du Frac, la première – « Noir ou Blanc » – présente une sélection resserrée d’œuvres majeures du fonds. Elle vise ainsi à élargir le propos par trop commun de son intitulé en rassemblant parmi d’autres des œuvres d’artistes aussi divers, culturellement et stylistiquement, que Pierrette Bloch, Toni Grand, Sol LeWitt, Henri Michaux, Vera Molnar, Giuseppe Penone ou Klaus Rinke. Pour ce que le dessin est l’expression d’une voix tout intérieure, c’est dire si elle est forte de toutes les interrogations de la modernité, chacun des artistes convoqués y apportant sa réponse à l’écho de ses propres préoccupations et de la singularité de sa personnalité.

Voir

« 25 ans de dessin - Noir ou Blanc », Frac de Picardie, 45, rue Pointin, Amiens (80), www.frac-picardie.org, jusqu’au 8 février 2011.

Légende photo

Vue de l'exposition "Noir ou blanc" : oeuvres de Klaus Rinke (à gauche) et de Penone © Frac picardie

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°630 du 1 décembre 2010, avec le titre suivant : Le Frac Picardie souffle 25 bougies de dessin

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque