Dimanche 8 décembre 2019

école et centre d’art

Le corps dans tous ses états

L'ŒIL

Le 1 février 2002 - 356 mots

Le corps humain est le point d’orgue de deux expositions qui se déroulent au Mans. « Exhibition » tout d’abord, conçue et réalisée par l’Ensb-a, présente des œuvres d’artistes tels que Erwin Wurm, Philippe Ramette, Paul Pouvreau ou Pipilotti Rist. Ceux-ci ont pour habitude d’utiliser le corps au sein de mises en scène élaborées ou sous forme de sculptures vivantes. Dans leur approche directe et distanciée tout à la fois, le corps est le sujet et l’acteur de situations cocasses, ludiques ou dérisoires. Bien loin des enjeux politiques et sociaux des années 60-70, son usage est, chez ces plasticiens, épuré de narration et d’appel symbolique, physiquement présent pour souligner l’évidence du même et de l’autre. Ainsi, Erwin Wurm réalise-t-il One minute sculpture (1997-98) dans lequel le personnage se retrouve le temps de la photo affublé d’objets divers tels que des stylos dans le nez et les oreilles, une agrafeuse dans la bouche. Philippe Ramette, quant à lui, réalise des photographies surréalistes dans lesquelles il se représente négligemment appuyé  à son balcon, soit à la verticale sur un décor qui l’est aussi, soit à l’horizontale, à la surface de l’eau dans la baie de Tokyo.
Alain Fleischer, plasticien-vidéaste, né en 1944, actuellement directeur du Fresnoy, présente quant à lui à l’Espal, une exposition intitulée « L’image traversée, transportée ».
Il s’attache à la question de la représentation, autour des thèmes du désir, de la mémoire, de la disparition, entre vérité et illusion. Les surfaces deviennent des écrans qui réfléchissent notre présence au monde. Avec le chorégraphe Daniel Dobbels, il élabore un écran sensible à partir de la projection d’un acte chorégraphique filmé. « Le choix des œuvres photographiques et des installations devrait permettre d’évoquer ces divers transports de l’image (photographique ou cinématographique) qui m’occupent depuis plus de vingt ans et grâce auxquels j’interroge deux espaces : celui, sans fond, de l’image argentique et celui sans profondeur du monde devenu écran » précise-t-il.

- LE MANS, Ensb-a, 28 av. Rostov-sur- le-Don, tél. 02 43 47 38 53, 10 janvier- 20 février et L’Espal, centre culturel, 60-62, rue de l’Esterel, tél. 02 43 50 21 51, 18 janvier-23 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°533 du 1 février 2002, avec le titre suivant : Le corps dans tous ses états

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque