Mardi 10 décembre 2019

musées

La vie quotidienne dans l’Egypte ancienne

L'ŒIL

Le 1 juin 2002 - 361 mots

Lorsque la tombe de Toutankhamon, découverte en 1922, livra au monde son fabuleux trésor, elle transmit par la même occasion à la postérité le nom de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines. Depuis, la nécropole thébaine, située en face de l’actuel Louxor, sur la rive occidentale du Nil, dans les replis de la montagne libyque, figure parmi les sites archéologiques les mieux connus et les plus visités d’Egypte, en compagnie des pyramides de Gizeh. Mais que sait-on précisément de ceux qui furent chargés par les pharaons du Nouvel Empire (1550-1069 avant J.-C.) d’y creuser et décorer leurs tombeaux ? Qui étaient ces « faiseurs d’hypogées royaux », pour la plupart restés anonymes, dont les commanditaires répondaient aux noms prestigieux de Thoutmosis, Aménophis ou encore Ramsès ? Tel est le sujet que se propose de traiter actuellement le Musée du Louvre dans l’exposition « Les artistes de Pharaon », consacrée au site de Deir el-Médineh. Niché dans un vallon, aux portes de la Vallée des Rois, ce dernier abritait le village et le cimetière de cette communauté d’artisans-ouvriers employés dans la taille et la décoration des galeries et salles souterraines des tombes royales. A travers la présentation de quelque 300 objets (mobilier, vaisselle, paniers, objets de culte, dessins, lettres, poèmes, etc...), sont ainsi abordées leur vie au village, l’organisation de leur travail sur les chantiers, leurs croyances religieuses et leurs pratiques funéraires. Nous pouvons ainsi pénétrer dans leur intimité, admirer leur maîtrise technique (pour ne pas dire « artistique ») ou même constater leur humour. En bref, cette source documentaire de première importance nous permet, pour la première fois, d’appréhender la vie quotidienne des Egyptiens de l’Antiquité. A noter qu’un autre aspect de ce quotidien fait l’objet de l’exposition « Parfums et cosmétiques dans l’Egypte ancienne » à Marseille, qui révèle les recettes des onguents, huiles, parfums et fards utilisés à des fins médicinales, profanes et sacrées.

- PARIS, Musée du Louvre, hall Napoléon, tél. 01 40 20 51 51, 19 avril-22 juillet, cat. éd. RMN, 330 p., 39 s et MARSEILLE, Vieille Charité, 2, rue de la Charité, tél. 04 91 14 58 80, 6 avril-23 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°537 du 1 juin 2002, avec le titre suivant : La vie quotidienne dans l’Egypte ancienne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque