La sculpture à bicyclette

Münster en fête tous les dix ans

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 13 juin 1997 - 1294 mots

Alors que les expositions de Venise et de Cassel ont lieu respectivement tous les deux et tous les quatre ou cinq ans, le \"Skulptur. Projekte in Münster\" est organisé une fois par décennie. Sa troisième édition se tiendra cette année du 22 juin au 28 septembre. Une soixantaine d’artistes vont réaliser sur place des sculptures pour un parcours dans et autour de la ville ancienne, que les organisateurs nous invitent volontiers à découvrir à bicyclette.

Les deux commissaires du "Skulptur. Projekte" 1997, Klaus Bussmann – directeur du Westfälisches Landesmuseum de Münster et commissaire du pavillon allemand pour la Biennale de Venise en 1993 – et Kasper König – directeur du Portikus et doyen de la Städelschule de Francfort – sont les fondateurs du projet et ont déjà orchestré les deux éditions précédentes, en 1977 et 1987. Leur objectif, à l’origine, était de proposer un panorama de la sculpture moderne au conseil municipal de Münster, qui était mécontent de l’achat par la Ville, en 1975 et à l’initiative de Bussmann, d’une œuvre de George Rickey. König et Bussmann organisèrent alors, en 1977, une grande exposition sur l’histoire de la sculpture moderne au Westfälisches Landesmuseum. Ils demandèrent par ailleurs à neuf artistes contemporains (Carl Andre, Michael Asher, Joseph Beuys, Donald Judd, Richard Long, Bruce Nauman, Claes Oldenburg, Ulrich Rückriem et Richard Serra) de créer à cette occasion une œuvre ou un projet qui seraient installés dans une rue ou un parc de Münster. Rétrospectivement, cet événement est à rapprocher des manifestations liées au Land Art, comme celle organisée en 1971 à Sonsbeek, aux Pays-Bas. Mais le projet de Münster, "Sculptures pour une ville", a surtout permis d’explorer de nouveaux aspects de l’intégration de sculptures contemporaines dans un contexte urbain, préparant ainsi le terrain pour l’opération plus ambitieuse que Bussman et König allaient entreprendre dix ans plus tard. En 1987, les commissaires ont délaissé l’aspect historique en commandant des œuvres spécifiques à soixante-quatre artistes pour différents sites de la ville. Ils ont conçu une manifestation très réussie, appréciée autant pour ce qu’elle avait renoncé à faire que pour ce qu’elle avait accompli. En effet, au lieu de donner aux différents participants un thème fédérateur ou un concept philosophique, ou encore d’embrasser en quelques phrases la condition de l’art, ils se sont concentrés sur leur idée essentielle : montrer la variété et la richesse créative de la sculpture contemporaine dans le cadre de l’architecture médiévale et baroque de Münster. Sur ce point, l’exposition a parfaitement rempli son objectif, séduisant à la fois la critique et un vaste public. Même si leur nombre n’a pas été très précisément enregistré, le second "Skulptur. Projekte" aurait attiré près de 600 000 visiteurs dans une ville de 200 000 habitants. Les artistes ont également réagi avec enthousiasme au projet. Invité pour l’édition 1997 après y avoir déjà participé en 1987, l’artiste britannique Richard Deacon nous a confié que "Bussmann et König connaissent intimement Münster et font preuve d’une ardeur absente des autres expositions internationales. Ils dirigent, orientent et assurent la continuité sur vingt ans d’un projet d’installation de sculptures dans la ville. C’est une problématique intéressante. Par son originalité, leur invitation m’a permis de clarifier tout un ensemble de problèmes sur la création de sculptures destinées à un espace en plein air. Cette exposition m’a conduit à renouveler ma façon de penser".

Work in progress
Le "Skulptur.Projekte" de 1997 est conçu pour fonctionner sur le mode du work in progress – l’œuvre en cours de création –, et permet d’assister à l’évolution des différents projets sur l’Internet : 250 pages, sur 1 500 à terme, peuvent déjà être consultées. Les différentes sculptures seront installées dans toute la ville ainsi que dans l’ancien Landesmuseum, l’exposition s’organisant autour du concept de centre et de périphérie, d’espace public et d’espace privé. Cette innovation mise à part, le projet 1997 reproduit exactement le schéma des précédents, en le recoupant même puisque les soixante-six participants seront confrontés à la fois au souvenir des projets précédents et à la présence physique des œuvres qui subsistent dans Münster. Vingt-deux sculptures, dont trois créées en 1977 et dix-neuf en 1987, ont été achetées par la Ville et sont exposées en permanence. Elles constituent un rappel historique des ensembles réunis lors des deux précédentes éditions. Cette année, la manifestation donnera sans doute une nouvelle fois lieu à l’achat de sculptures pour la ville. Nous avons cru comprendre que le "Skulptur. Projekte" 1997 pourrait être le dernier de cette remarquable série. En effet, selon Markus Müller, l’un des membres de l’équipe chargée de l’examen et de l’acceptation des projets proposés par les artistes invités, "le succès de l’exposition de 1987 a été tel que Bussmann et König ont été condamnés à le réitérer. Ils ont beaucoup hésité avant de se lancer une nouvelle fois. Il y a trois ans, le projet de 1997 n’était pas encore envisagé, et il n’est rien prévu pour 2007". Plusieurs artistes seront exposés pour la troisième fois à Münster, après 1977 et 1987 : Andre, Asher, Nauman, Oldenburg et Rückriem. Daniel Buren, Richard Deacon, Fischli/Weiss, Isa Genzken, Dan Graham, Hans Haacke, Rebecca Horn, Per Kirkeby, Sol Lewitt, Olaf Metzel, Reinhard Mucha, Maria Nordman, Nam June Paik, Hermann Pitz, Reiner Ruthenbeck, Thomas Schütte et Franz West avaient déjà été invités en 1987. Leur présence, cette année encore, témoigne de la continuité de l’événement. Son renouvellement se traduit par la participation dartistes de la jeune génération, tels que Christine Borland, Maurizio Cattelan, Maria Eichhorn, Douglas Gordon, Fabrice Hybert, Gabriel Orozco, Tobias Rehberger, Yutaka Sone, Rachel Whiteread, Elin Wikström, Jeffrey Wisniewski et Andrea Zittel. Les subventions publiques s’élèvent à 3 millions de deutschemarks (10 millions de francs), répartis à parts égales entre le gouvernement du Land de Nord Rhénanie-Westphalie, le Landschaftsverband Westfalen-Lippe, une association d’autorités locales et la Fondation pour l’art et la culture du Land. Le budget global, y compris l’apport des sponsors, est évalué à environ 6 millions de deutschemarks (20 millions de francs). Chacun des artistes participants recevra 5 000 deutschemarks (16 800 francs) pour la soumission d’un projet et 20 000 deutschemarks (67 000 francs) pour sa réalisation. À cette somme, parfois insuffisante pour l’exécution des projets les plus onéreux – comme ceux d’Orozco et de Wisniewski, l’un et l’autre évalués à 350 000 dollars (près de 2 millions de francs) –, s’ajoutent des financements apporté par sponsors privés.

Les artistes invités
Absalon (Israël), Kim Adams (Canada), Carl Andre (États-Unis), Michael Asher (États-Unis), Alighiero e Boetti (Italie), Daniel Buren (France), Janet Cardiff (Belgique), Maurizio Cattelan (Italie), John Chamberlain (États-Unis), Stephen Craig (Grande-Bretagne), Richard Deacon (Grande-Bretagne), Mark Dion (États-Unis), Stan Douglas (Canada), Maria Eichhorn (Allemagne), Ayse Erkmen (Turquie, Peter Fischli/David Weiss (Suisse), Katharina Fritsch (Allemagne), Isa Genzken (Allemagne), Paul-Armand Gette (France), Jeff Geys (Belgique), Douglas Gordon (Grande-Bretagne), Dan Graham (États-Unis), Marie-Ange Guilleminot (France), Hans Haacke (Allemagne), Raymond Hains (France), Georg Herold (Allemagne), Thomas Hirschhorn (Suisse), Rebecca Horn (Allemagne), Bethan Huws (Grande-Bretagne), Fabrice Hybert (France), Ilya Kabakov (Ukraine), Tadashi Kawamata (Japon), Ellsworth Kelly (États-Unis), Martin Kippenberger (Allemagne), Per Kirkeby (Danemark), Svetlana Kopystiansky (Allemagne), Sol LeWitt (États-Unis), Atelier van Lieshout (Hollande), Olaf Metzel (Allemagne), Reinhard Mucha (Allemagne), Bruce Nauman (États-Unis), Maria Nordman (Allemagne), Claes Oldenburg/Coosje van Bruggen (États-Unis et Suisse), Gabriel Orozco (Mexique), Tony Oursler (États-Unis), Nam June Paik (Corée), Jorge Pardo (Cuba), Huang Yong Ping (Chine), Hermann Pitz (Allemagne), Marjetica Portc (Pologne), Charles Ray (États-Unis), Tobias Rehberger (Allemagne), Ulrich Rückriem (Allemagne), Allen Ruppersberg (États-Unis), Reiner Ruthenbeck (Allemagne), Kurt Ryslavy (Autriche), Karin Sander (Allemagne), Thomas Schütte (Allemagne), Richard Serra (États-Unis), Roman Signer (Suisse), Andreas Slominski (Allemagne), Yutaka Sone (Japon), Diana Thater (États-Unis), Bert Thies (Luxembourg), Rirkrit Tiravanija (Argentine), Eulàlia Valldosera (Espagne), Herman de Vries (Hollande), Lawrence Weiner (États-Unis), Franz West (Autriche), Rachel Whiteread (Grande-Bretagne), Elin Wikström (Allemagne), Wolfgang Winter/Berthold Hörbelt (Allemagne), Jeffrey Wisniewski (États-Unis), Andrea Zittel (États-Unis), Helmo Zobernig (Autriche).

- Un bureau des visiteurs a conçu plusieurs "sculp-tours" plus ou moins longs, qui peuvent être suivis à pied ou à bicyclette.
- Pour tous renseignements, appeler le Wesfälisches Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, Domplatz 10, 48143 Münster, tél. 49 251 590 72 01, fax 49 251 590 72 10.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°40 du 13 juin 1997, avec le titre suivant : La sculpture à bicyclette

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque