Samedi 15 décembre 2018

La gravure selon Rembrandt

L'ŒIL

Le 1 février 2004 - 320 mots

Peintre de formation, Rembrandt (1606-1669) devient très vite un graveur hors pair et cette activité lui assure sa renommée auprès des artistes et des amateurs d’art, en son temps comme au cours des siècles suivants. Les débuts de Rembrandt graveur sont peu connus. Les deux premières planches datées sont de 1628, un portrait de sa mère âgée qui rappelle les miniatures hollandaises par son extrême précision et son souci du détail. Probablement encouragé par Jan Lievens – ami et artiste avec qui il partage son atelier en 1626 – à expérimenter la technique de l’eau-forte, Rembrandt en explore les possibilités en s’intéressant aux mêmes thèmes qu’en peinture : l’histoire religieuse, les têtes de vieillards, de nombreux autoportraits. L’artiste est aussi collectionneur, et acquiert entre autres des gravures de Callot qui vont l’inspirer dans ses propres recherches (notamment pour la série des Gueux). Conservées au musée Geelvinck Hinlopen Huis à Amsterdam et présentées aujourd’hui à Strasbourg, les cinquante et une gravures qui composent cette exposition constituent un ensemble exceptionnel, traversant toutes les périodes de l’artiste et les différents sujets qu’il a pu traiter. Beaucoup d’épisodes religieux (Saint Jérôme dans une chambre obscure, 1642), mais aussi des scènes de genre et des paysages réalisés sur le motif dans les années 1640 (Le Moulin ; La Chaumière et la Grange à foin) sont ici rassemblés. Le style de Rembrandt trouve dans la gravure son plein épanouissement dans le jeu subtil des ombres et des lumières. Synthèse des possibilités graphiques et picturales offertes par cette technique, La Pièce aux cent florins (vers 1649) est sans doute l’expression la plus aboutie du génie de l’artiste, qui atteint par l’eau-forte, la pointe sèche et
le burin une liberté et une fluidité de trait qui ne trouveront d’équivalent chez aucun de ses suiveurs.

« Les eaux-fortes de Rembrandt », STRASBOURG (67) palais Rohan, galerie Heitz, 2 place du Château, tél. 03 88 52 50 00, jusqu’au 12 février.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°555 du 1 février 2004, avec le titre suivant : La gravure selon Rembrandt

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque