Chantilly

Itinéraire du duc d’Aumale

Le Journal des Arts

Le 19 septembre 2007

Le Musée Condé présente l’impressionnant cabinet de dessins du collectionneur.

Chantilly - Amasser, sélectionner, protéger et regrouper les œuvres françaises dispersées : le travail de toute une vie, celle d’Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897). « Chantilly, c’est 2 500 dessins », lance fièrement Nicole Garnier-Pelle, conservatrice en chef du patrimoine au Musée Condé, à Chantilly. Sur cet ensemble, « une sélection drastique » a permis d’en désigner 87, « retraçant le patrimoine graphique du duc d’Aumale ». Dessin, plume, pastel, lavis…, « l’intérêt de l’exposition est de confronter des œuvres de différentes techniques et de différentes époques ».
À 8 ans, le duc d’Aumale reçoit la collection de son grand-oncle, le dernier prince de Condé. Dès lors, amateur sentimental, il rassemble, tel un généalogiste, les dessins liés à l’histoire de sa famille. Les pastels de Marie-Anne de Bourbon-Condé par Rosalba Carriera, du Connétable Anne de Montmorency par Jean Clouet, ainsi que le portrait de Gaston de France, duc d’Orléans croqué par Vallerand Vaillant, en témoignent. Exilé en Angleterre lors de la révolution de 1848, suspendu de ses fonctions militaires, il assouvit allégrement sa passion et fait rapatrier auprès de lui sa collection grandissante, sa volonté étant de « construire un musée du XVIIIe siècle », selon Nicole Garnier-Pelle. Grand veneur, il affectionne les scènes de chasse comme Hallali du cerf, de Jean-Baptiste Oudry. Historien, il acquiert la sanguine de Philippe de Champaigne représentant Angélique Arnauld, abbesse de Port-Royal, l’aquarelle du Condottiere d’après Antonello de Messine ou encore Le Triomphe de Bonaparte par Pierre Paul Prud’hon. Nostalgique de son séjour militaire en Afrique du Nord (de 1839 à 1848), il conserve ce dessin quasi pictural
tant par ses dimensions (66 x 104 cm) que par son traitement, signé Alexandre Gabriel Decamps et représentant la Cavalerie turque asiatique traversant un gué. Oriental, il achète les croquis de voyage de Delacroix au Maroc. Deux ans avant sa mort, sans héritier direct, le duc d’Aumale léguera son puissant héritage graphique à l’Institut de France.

TRÉSORS DU CABINET DES DESSINS DU MUSÉE CONDE A CHANTILLY. HISTOIRE DE LA COLLECTION DU DUC D’AUMALE

Jusqu’au 13 juin, Musée Condé, château, 60631 Chantilly, tél. 03 44 62 62 61, tlj sauf mardi, 10h-18h. Cat., Somogy Éditions d’art/Musée Condé, 2005, 136 p., 27 euros, ISBN 2-85056-866-X.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°213 du 15 avril 2005, avec le titre suivant : Itinéraire du duc d’Aumale

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque