Italie : priorité au patrimoine

banques, Italie, mécénat

Le Journal des Arts

Le 14 septembre 2009

Les collections des banques italiennes sont souvent spécialisées dans l’art ancien de leur région d’implantation. De rares établissements financiers rassemblent aussi des œuvres modernes et contemporaines.

Les banques italiennes privilégient le plus souvent la culture artistique de la région où elles sont implantées. Ainsi, les collections extraordinaires de la Caisse d’épargne et de dépôts de Prato sont fondamentales pour l’étude de la peinture du XVIIe siècle toscan. Certaines banques ont leur siège dans un bâtiment d’intérêt historique, dont elles financent la restauration et la conservation. Le Banco di Roma est par exemple installée dans le Palazzo De Carolis, à Rome, l’un des témoignages les plus caractéristiques de la culture romaine de la fin du Baroque. Parfois, les établissement financiers ont acquis des noyaux entiers de collections historiquement présentes dans leur région et en subventionnent la restauration et la connaissance. À Sienne, le Monte dei Paschi, fondé en 1481, conserve dans son siège historique une importante collection de peintures et de sculptures, principalement siennoises, du XIVe au XVIIIe siècle.

À ce noyau initial d’environ deux cents œuvres, est venu s’ajouter, en 1960, le prestigieux ensemble Chigi Saracini, une collection de “palais” de près de dix mille pièces. Quelques expositions organisées pour le Monte dei Paschi par les meilleurs spécialistes ont fait connaître ses collections, par exemple “Sassetta et les peintres toscans du XIIIe au XVe siècle” (1986). En outre, il n’est pas rare que les banques offrent leurs collections en dépôt aux pinacothèques locales et contribuent à enrichir le patrimoine public du pays. Une sélection des tableaux du Banco di Napoli est ainsi exposée dans les salles du Musée de Capodimonte, à Naples. De son côté, la Caisse d’épargne de Ferrare a déployé une bonne partie de ses collections dans la Pinacothèque du Palais des Diamants. D’autres banques ont, dans leurs locaux, mis en place de véritables parcours muséographiques de leurs collections, avec contrôles hygrométriques et structures d’exposition modernes. Tel est le cas des sièges prestigieux de la Caisse d’épargne et de dépôts de Prato, ou du Monte dei Paschi de Sienne. D’autres banques s’intéressent aux XIXe et XXe siècles. La Cariplo de Milan a rassemblé un riche panorama pictural du XIXe siècle lombard. Peu après 1960, la Comit a lancé un projet de collection destiné à documenter l’évolution de l’art italien depuis l’après-guerre. Des ensembles thématiques (représentants du Pop Art à New York) ou quasi monographiques (Fontana à Zurich) sont réunis dans les sièges les plus importants de la banque à travers le monde. L’ABI – Associazione Bancaria Italiana, l’organe représentatif des banques italiennes – mène actuellement une campagne de recensement des œuvres d’art conservées dans les banques de la péninsule.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°49 du 5 décembre 1997, avec le titre suivant : Italie : priorité au patrimoine

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque