Samedi 15 décembre 2018

Insomnies félines

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 1 mars 2006 - 190 mots

Pattes avant à plat, tendues à l'horizontale, les chats dessinent une improbable procession de somnambules. Les unes derrière les autres, les longues sculptures blanches glissent dans l'espace, fixées sur des rails. Ainsi s'avance le nouveau chapitre félin accommodé par Alain Séchas au Frac Limousin.
Il devrait y être question de sommeil contrarié, de veilles et d'insomnies. De tout cela et de la  stratégie anthropomorphique cultivée depuis longtemps par maître Séchas. Maître chat. Chat volaille, chat diable, chat glamour, chat menacé par un requin ou un magicien, les saynètes réduites à leur plus simple amorce narrative libèrent une atmosphère un brin obsolète, méchante, bouffonne, ou frondeuse, mais toujours attentive à l'époque et à ses maux, offerts en commentaire à retardement bien après l'impact abrupt du croquis.
Pour cette fois, et comme il l'advient parfois à ses minces matous, Séchas associe à la fulgurance du dessin une animation, un tracé au néon coloré. Et les chats, outil, instrument, indice ou coquille vide, d'endosser à nouveau et crânement nos peurs et nos petitesses.

« Alain Séchas, Insomnies », Frac Limousin, impasse des Charentes, Limoges (87), tél. 05 55 77 08 98, 3 mars-18 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°578 du 1 mars 2006, avec le titre suivant : Insomnies félines

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque