Mercredi 21 février 2018

Hyber-Langer

100”‰% pur jus de crâne

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 20 décembre 2007

L’histoire est riche des relations de l’art et de la science. Celle entre l’art contem­porain et la science ne l’est pas moins. Elle n’avait toutefois pas encore eu de lieu propre pour se développer. C’est fait. David Edwards, professeur d’ingénierie biomédicale de Harvard, qui rêvait de s’installer à Paris tout en poursuivant ses recherches à Boston, a eu l’idée de créer Le Laboratoire. Un lieu expressément dédié à l’échange entre artistes et scientifiques.
Parce qu’il est persuadé que de leur rapprochement pourront éclore de nouvelles formes, il a envisagé Le Laboratoire comme une sorte de nouvel atelier et choisit d’inviter Fabrice Hyber et Robert Langer à mettre leurs neurones en commun pour élaborer de nouvelles cellules souches. On sait combien la démarche de l’artiste est forte de ce genre de questionnement – n’a-t-il pas déjà peint un pommier dont les fruits étaient des cerises ? Quant à l’homme de science, il est un acteur reconnu dans le secteur de la biochimie et de la biotechnologie.
Intitulée « Matière à penser », l’exposition qui inaugure leur association au Laboratoire rassemble tout ce que l’on peut imaginer appartenir aux domaines respectifs de l’un et de l’autre. Elle condense les échanges que les deux protagonistes de ce nouveau genre d’expérience ont pu avoir et qui se donnent à voir sous toutes les formes. Il y va d’un brain storming permanent et d’une sorte d’agit-prop cérébrale selon le mode chéri par eux du rhizome autour des questions de greffe, d’hybridation, d’accumulation, de mutation, etc.
David Edwards peut être content. Son concept d’« artscience » a trouvé refuge dans un lieu ouvert et prospectif où ça fuse et ça bouillonne sans cesse. Pas moins de 1 300 mètres carrés en plein cœur de Paris. Labo club et Labo shop viendront bientôt. Le fondateur, quant à lui, échange dans une autre partie des locaux avec le designer Mathieu Lehanneur autour d’un filtre à air végétal capable d’absorber des composants dangereux. Un vrai... laboratoire, quoi !

« Matière à penser », Le Laboratoire, 4, rue du Bouloi, Paris Ier, tél. 01”‰78”‰09”‰49”‰50, www.lelaboratoire.org, jusqu’au 14 janvier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°598 du 1 janvier 2008, avec le titre suivant : Hyber-Langer

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque