Vendredi 6 décembre 2019

Paris 16e - Cité de l’architecture et du patrimoine

Hôtels particuliers toutes portes ouvertes

Jusqu’au 19 février 2012

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 20 décembre 2011 - 317 mots

Comme Rome a ses palais, Paris peut se targuer d’un type spécifique de demeure réservée à l’élite : l’hôtel particulier.

Cette singularité architecturale a longtemps entretenu le mystère, ne donnant à voir aux curieux que ses façades soigneusement ordonnancées sur rue, mais protégées par de lourdes portes cochères. Sans jamais révéler le luxe de ses aménagements intérieurs et de ses décors. Pour la première fois, une exposition entrouvre donc les portes de ces luxueuses demeures en abordant le sujet dans toute sa complexité.

Construite pour asseoir et donner à voir un statut social, cette maison urbaine a souvent relevé de la prouesse architecturale. Connu dans le cas de Paris depuis le Moyen Âge, les exemples encore existants, les plus anciens datant du XVe siècle, l’hôtel particulier va sensiblement évoluer dans son architecture et, surtout, dans sa distribution. Tout en restant le plus souvent fidèle à une typologie : l’hôtel entre cour et jardin. Chaque époque aura  ainsi son quartier privilégié, suivant en cela l’histoire de la densification de Paris, l’hôtel étant dévoreur de mètres carrés.

La contrainte foncière aura aussi une vertu : c’est elle qui obligera les architectes à rivaliser de talent pour loger sur des parcelles de plus en plus exiguës un programme complexe. Au XVIIIe siècle, quand le Marais est saturé, c’est sur la rive gauche que sont érigés quelques-uns des fleurons de l’architecture parisienne, avant que la Chaussée d’Antin puis la Plaine Monceau ne deviennent les nouveaux quartiers à la mode.

Pour éviter d’assommer le visiteur néophyte avec cette – passionnante – leçon d’architecture, ponctuée de maquettes et de nombreux documents graphiques, la première partie de l’exposition vise à restituer l’atmosphère de l’hôtel particulier en évoquant sa succession d’espaces (cour, vestibule, antichambre...) dans une scénographie quelque peu fantaisiste signée Philippe Pumain.

Voir « L’hôtel particulier, une ambition parisienne »,

Cité de l’architecture et du patrimoine, Palais de Chaillot, 1, place du Trocadéro, Paris-16e, www.citechaillot.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°642 du 1 janvier 2012, avec le titre suivant : Hôtels particuliers toutes portes ouvertes

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque