Dimanche 21 octobre 2018

Paris-16e

Hodler, Munch, Monet”‰: mariage arrangé

Musée Marmottan-Monet Jusqu’au 22 janvier 2017

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 26 septembre 2016 - 558 mots

Ferdinand Hodler, Claude Monet et Edvard Munch. Trois géants de l’art moderne, trois génies, trois nationalités, trois styles et trois trajectoires… qui ne se sont jamais croisées.

À vrai dire, pas même effleurées. Jamais ces peintres ne se sont rencontrés, alors qu’ils gravitaient dans des cercles proches, d’ailleurs on ignore même s’ils ont caressé le désir d’une telle rencontre. Pas plus, au demeurant, que l’on ne dispose d’informations sur le jugement qu’ils portaient sur leur travail respectif. Bref, hormis leur talent et leur contemporanéité, le symboliste suisse, l’impressionniste français et l’expressionniste norvégien ne partagent pas grand-chose. Était-il donc nécessaire d’organiser à leur corps défendant un mariage arrangé ? Le dialogue d’outre-tombe qui se joue actuellement au Musée Marmottan-Monet ne plaide pas en faveur de ce postulat. L’argument avancé pour justifier cette réunion au sommet apparaît ainsi bien léger. Pour le commissaire de l’exposition, « le point commun entre ces artistes est qu’ils ont essayé de représenter la nature le plus fidèlement possible, en sortant des techniques académiques et en utilisant des méthodes comparables aux sciences exactes. Ce faisant, ils ont eu à relever de grands défis comme représenter l’eau, la neige ou le soleil. » Le moins que l’on puisse dire est que pareille grille de lecture pourrait être appliquée à une foule d’artistes au tournant des XIXe et XXe siècles, toutes mouvances confondues. Il s’agit donc d’un trio subjectif, soit, pourquoi pas ? Mais la démonstration tient-elle la route ? Pas franchement, non. Et la déception est d’autant plus grande quand on connaît le pedigree du commissaire. Redouté critique d’art au journal Le Monde, Philippe Dagen est aussi un historien de l’art éminemment respecté. On pouvait légitimement espérer un projet solide de sa part.

Or, on a plutôt la sensation de visiter une exposition de circonstance, au propos assez approximatif. Car, pour instaurer de la connivence entre les trois peintres, leurs œuvres ont été réparties dans des catégories thématiques pour le moins larges et arrangeantes : eau, montagne, neige, soleil, et même couleur. Les limites d’un tel classement sont particulièrement flagrantes dans le cas de Hodler. La quasi-totalité de ses tableaux présentés ici sont des vues de montagne, ce qui est bien commode, car le reste de sa production ne cadre pas avec ses deux coreligionnaires, mais ce parti pris donne une vision plus que partielle de sa production. Autre écueil, des paysages similaires sont rangés indistinctement dans différentes catégories – montagne, eau et couleur – ce qui montre bien la faiblesse scientifique d’un tel catalogage. Hodler est en revanche privé de case « lunes et soleils », séquence qui met en parallèle Munch et Monet. Si les peintures réunies dans cette section sont de purs chefs-d’œuvre – Impression, soleil levant ou Le Soleil, prêté par Oslo – leur rapprochement n’est hélas pas pertinent. Certes, il s’agit d’astres dans les deux cas, c’est indéniable. Mais quoi de commun entre la vision cosmique du Norvégien et la description impressionniste de Monet ? On se dit que la confrontation des astres de Munch avec ceux de Kupka ou de Van Gogh serait autrement plus puissante et significative. Le souvenir de la grande exposition « Van Gogh/Munch », organisée l’automne dernier à Amsterdam, rend d’ailleurs fade et un brin superficielle la tentative de créer des passerelles entre le père du Cri et Monet et Hodler. La consolation vient donc des œuvres, qui sont de qualité et, pour certaines, rarement montrées en France.

Hodler/Monet/Munch

Musée Marmottan-Monet, 2, rue Louis-Boilly, Paris-16e, www.marmottan.fr

Légende Photo :
Ferdinand Hodler, Le Lac de Thoune et la chaîne du Stockhorn, 1904, huile sur toile, 71 x 105 cm, Colelction Chrsitoph Blocher.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : Hodler, Munch, Monet”‰: mariage arrangé

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque