Dimanche 16 décembre 2018

Hippolyte Blancard

Ses photographies historiques

L'ŒIL

Le 6 août 2007 - 445 mots

Témoignage sourd d’un événement sanglant ? Prémices du photo-reportage ? Le travail d’Hippolyte Blancard apparaît surtout comme une analyse de la vie qui se poursuit, au milieu des ruines.

Hippolyte Blancard (1843-1924) aurait pu s’adonner à la chasse ou au jeu. Mais, par chance pour l’Histoire, ce pharmacien parisien voua toute sa vie une passion à la photographie, qu’il exerçait en amateur.
Portraits de familiers et contrées bucoliques sont autant de clichés jusqu’alors conservés, mais qui n’avaient pas permis à son auteur de connaître la postérité. C’est par hasard que le conservateur
de la Bibliothèque de Paris a découvert, voici quelques mois, près de cinq cents plaques de verre non tirées. Parmi celles-ci, des photographies d’une capitale dévastée par les tirs de canons et les assauts des communards : Hippolyte Blancard a laissé derrière lui le premier témoignage photographique d’un événement historique français, à travers cinq cents clichés.

La vision réaliste d’un amateur
Contrairement à celles de ses contemporains professionnels, Andrieu ou Braquehais, les prises de vues de Blancard ont pu échapper à la censure par leur amateurisme. Point de commandes officielles, de nécessité de travestir la réalité à des fins commerciales, juste le souci de rendre compte de la vie des Parisiens.
Qu’importe les silhouettes floues de ces habitants qui tentent de survivre au milieu de quartiers désolés, Blancard saisit justement la réalité. Là où des « professionnels » auraient mis l’accent, par souci de netteté et d’esthétisme, sur des quartiers faussement désertés de toute présence humaine, Blancard insuffle la vie dans ses clichés de faubourgs dévastés.
Et, de fait, les photographies d’Hippolyte n‘ont pas ce caractère épuré des photos bien « léchées ». Plus par spontanéité que par volonté esthétique, mais seul le résultat importe. Ses clichés sont empreints de réalisme grâce à ces ombres mouvantes. À défaut de s'ériger en porte-parole de ces gens du peuple, il se substitue à leur regard. La vie quotidienne qui suit son cours durant les trois mois de la Commune le fascine au moins autant que l’Histoire en mouvement.
Au-delà d’un témoignage sur l’événement, il se fait le regard des Parisiens qui le vivent. La photographie de Blancard est plus que jamais le miroir d’une époque qui la suscite. Et Hippolyte Blancard de faire siens les mots d’Henri Delaborde : « la photographie est l’effigie brute de la réalité plutôt que la réalité ».

Informations pratiques « Regard d’un Parisien sous la Commune » jusqu’au 4 février 2007. Bibliothèque historique de la ville de Paris (salle d’exposition), 22, rue Malher, Paris IVe. Métro Saint-Paul. Ouvert du mardi au dimanche de 11 h à 19 h. Tarifs : 2 et 4 €. Tél. 01 44 59 29 60, www.paris.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°587 du 1 janvier 2007, avec le titre suivant : Hippolyte Blancard

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque