Guide du héros

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 20 décembre 2007

« Il n’y a pas de héros sans auditoire. » Fil directeur de l’exposition que consacre la BnF au héros, cette phrase ­de Malraux, tirée de L’Espoir (1937), rappelle que la figure héroïque ne peut se construire qu’avec l’aide de « vecteurs » d’héroïsation. Didactique, l’exposition met en lumière la grande variété de héros depuis l’Antiquité, en insistant sur les médiums et intermédiaires qui ont contribué à les faire connaître. C’est d’abord le poète et l’artiste qui ont créé le héros ancien, puis l’historien a décrit le héros moderne, et enfin les médias ont construit des « héros vedettes » mondialement connus, mais dont la notoriété est éphémère.
Si l’exposition peut paraître assez sommaire et malheureusement un peu courte, elle permet de découvrir des œuvres très diverses – statues, pièces de monnaie, enluminures, gravures, affiches, lettres, films – souvent d’une très grande qualité. On passe ainsi avec beaucoup de plaisir de l’Amphore de Thésée et du Minotaure (vers 540 avant J.‑C.) à l’affiche de Mimmo Rotella intitulée Batman (2003) en passant par un rarissime parchemin du xve siècle consacré à l’histoire de ­Lancelot du Lac dans sa quête du Graal. Aussi, on découvre des témoignages poignants de héros de la Résistance, celui de Lucie Aubrac, ainsi que les lettres du militant communiste Joseph Epstein, écrites depuis la prison de Fresnes, en 1944, quelques heures avant d’être fusillé par les Allemands.

« Héros : d’Achille à Zidane », BnF, site ­François-Mitterrand, quai François-Mauriac, Paris XIIIe, tél. 01 53 79 41 00, www.bnf.fr, jusqu’au 13 avril 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°598 du 1 janvier 2008, avec le titre suivant : Guide du héros

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque