Dimanche 18 février 2018

GaudÁ­ le visionnaire, consacré en sa ville

Une série d’événements honore l’architecte à Barcelone à l’occasion du cent cinquantenaire de sa naissance

Le Journal des Arts

Le 23 janvier 2008

À l’occasion des cent cinquante ans de la naissance d’Antoni GaudÁ­, Barcelone propose une série de manifestations autour des créations de cet architecte exubérant. Contesté en son temps, ce maître de l’Art nouveau espagnol est ainsi consacré par sa ville d’adoption dont il redessina la silhouette à l’aube du XXe siècle.

BARCELONE  - Expositions, congrès et séminaires, publications, cérémonies et spectacles de danse et de théâtre seront l’occasion de célébrer, cent cinquante ans après sa naissance, Antoni Gaudí y Cornet (1852-1926), architecte, designer, urbaniste et théoricien. À cette occasion, Barcelone, sa patrie d’élection et ville où se concentrent les œuvres de son intense activité d’architecte, a mis en scène l’hommage à un homme universellement célèbre pour avoir rendue l’architecture moderne accessible et parfois même ludique. Auteur cultivé, il a donné à la ville de Barcelone les caractéristiques du “modernisme catalan”. Mettant son style au service d’une bourgeoisie en plein essor favorable aux innovations, Gaudí a soutenu l’expression de l’identité d’une classe et d’une “nation” – la Catalogne. Sa production géniale compte à Barcelone des œuvres aussi célèbres que le parc et le Palau Güell, la Sagrada Familia ou de nombreuses résidences privées. Plus qu’un client ou un mécène, l’industriel et banquier Eusebi Güell fut à l’initiative de la commande du palais éponyme, avec ses écuries annexes aujourd’hui transformées en bibliothèque d’architecture et le château, désormais siège du Musée Gaudí. Outre ces deux chefs-d’œuvre, l’Espagnol fut également l’auteur de la tour Bellesguard, la cathédrale de la Sagrada Familia (commencée en 1883), et des nombreuses résidences dont la Casa Calvet, la Casa Batlló et la fameuse Casa Milá dite la Pedrera (caverne de pierre). Créateur de véritables symboles de classe pour la bourgeoisie catalane, l’architecte est pourtant mort en ascète après avoir élu domicile dans le chantier inachevé de sa cathédrale. Ses funérailles officielles ont ému tous les Barcelonais ; de cette reconnaissance posthume est née la légende de l’arquitecto de Dios (l’architecte de Dieu). Grâce à une autorisation papale, sa dépouille repose même dans la crypte de la Sagrada Familia, une œuvre majeure commandée par l’Associación Espiritual de Devotos de San José, qui provoqua sa soudaine adhésion à la religion catholique. C’est pourquoi depuis 1999, l’archevêque de Barcelone cherche, à la perplexité générale, à procéder à la béatification du premier architecte de l’Histoire. Toutefois, aucun aspect religieux ne domine dans la riche programmation de l’année Gaudí à Barcelone ; sans doute aurait-il été trop déplacé d’insister sur le catholicisme de l’un des protagonistes les plus universels de l’Espagne contemporaine.

Les principaux événements de l’année GaudÁ­ à Barcelone

Une vingtaine d’expositions célèbrent GaudÁ­ pendant toute l’année : son œuvre d’architecte et de designer, son rapport à la ville, à ses clients et mécènes et aux artistes et architectes qui lui furent contemporains. “L’univers de GaudÁ­ », du 30 mai au 8 septembre, Centre de culture contemporaine de Barcelone ; “Comprendre GaudÁ­. Espace, géométrie, structure et construction », jusqu’au 27 septembre, Musée d’histoire de la ville ; « GaudÁ­ et Verdaguer : tradition et modernité à Barcelone, 1878-1912 » (jusqu’au 9 juin, Musée d’histoire de la ville) ; « GaudÁ­ et le parc Güell. Architecture et nature », jusqu’au 31 décembre, parc Güell ; “Eusebi Güell et Antoni GaudÁ­, deux hommes et un projet », jusqu’au 31 décembre, Palau Güell ; « GaudÁ­. Art et design », du 17 juin au 24 septembre, Fundació Caixa Catalunya ; “GaudÁ­ et son atelier » du 10 juin au 31 décembre, Museu del Temple de la Sagrada Familia ; « Peintres et sculpteurs amis de GaudÁ­ », du 28 mai au 29 septembre, Fundación Francisco Godia ; « Joan Miró. GaudÁ­ Series », du 24 mai au 1er septembre, Fundació Joan Miró. Outre la possibilité de visiter certaines résidences privées normalement fermées au public, des itinéraires et des visites guidées seront organisés en ville dans le cadre des célébrations, du Colegio delle Teresiane (1880) aux zones périphériques de l’ensache, prolongement de Barcelone remontant au XIXe siècle, jusqu’aux réverbères de Plaça Reial (première œuvre réalisée pour la municipalité de Barcelone) situés dans le cœur historique de la ville. Le clou du programme aura lieu le 1er juin, date de la Fête GaudÁ­ : tous les édifices conçus par l’architecte seront gratuitement ouverts au public, tandis qu’un nouvel éclairage de la Sagrada Familia sera inauguré. n Informations complémentaires et réservations à la Maison de la Catalogne, 4-6-8 cour du Commerce Saint-André, 75006 Paris, tél. 01 40 46 84 85.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°148 du 3 mai 2002, avec le titre suivant : GaudÁ­ le visionnaire, consacré en sa ville

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque