Fontainebleau, sept siècles de prestigieux occupants

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 15 novembre 2010 - 349 mots

Seul château royal et impérial à avoir été habité sans discontinuer pendant sept siècles, le château de Fontainebleau a été occupé par toutes les grandes dynasties.

Développé autour du donjon construit au XIIe siècle, le château est agrandi par saint Louis au xiiie siècle, qui y installe des religieux trinitaires. À l’instigation de François Ier, Fontainebleau connaît un formidable développement. En 1528, il ordonne d’abattre le château vieux pour élever un palais à sa mesure. Il fait construire la fameuse galerie reliant sa chambre à l’actuelle chapelle de la Trinité ainsi que les bâtiments qui bordent la cour du Cheval blanc, de nombreuses dépendances et une chapelle royale.

Son fils Henri II continue les travaux entrepris par son père, et six des enfants donnés par sa femme Catherine de Médicis voient le jour au château. Sous Henri IV se développent des dépendances et des bâtiments administratifs qui permettent l’installation de la Cour lors des séjours royaux. À compter de ce règne, le château possède quasiment l’envergure qu’on lui connaît aujourd’hui. Héritier du château, Louis XIII fait achever les travaux de son père sans en entreprendre d’autres. Préférant ses demeures de l’ouest de Paris, et bien sûr Versailles, Louis XIV respecte le lieu comme étant un symbole de l’héritage des rois de France. Il ne touche guère aux fondations mais fait intervenir Le Nôtre pour modifier les jardins. En 1725, Louis XV y épouse une princesse polonaise. Ce sera l’unique mariage royal jamais célébré au château.

Vidé à la Révolution, occupé par l’École centrale de Seine-et-Marne et par la caserne de l’École spéciale militaire avant son transfert à Saint-Cyr, puis transformé en prison, le château ne revit que grâce à Napoléon qui y fait effectuer quelques travaux dès 1804. Sous la monarchie de Juillet, Louis-Philippe restaure et fait redécorer et remeubler l’intérieur, le plus souvent dans le respect de ses prédécesseurs. Sous le Second Empire, la Cour séjourne à Fontainebleau jusqu’en 1869 et l’impératrice Eugénie aime flâner au château où elle installe son musée chinois. Elle y revient une ultime fois le 28 juillet 1914, avant de s’éteindre en 1920.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°630 du 1 décembre 2010, avec le titre suivant : Fontainebleau, sept siècles de prestigieux occupants

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque