Vendredi 14 décembre 2018

Fascination khmère

113 chefs-d’œuvre au Grand Palais

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 février 1997 - 156 mots

Après de longues et délicates discussions entre la Réunion des musées nationaux et le Cam­bodge, pays toujours secoué par des conflits politiques, 113 chefs-d’œuvre d’art khmer sont exposés au Grand Palais. 66 pièces insignes du Musée de Phnom Penh, dont certaines ont été restaurées pour l’occasion, rejoignent celles du Musée Guimet. En réunissant les deux collections les plus prestigieuses au monde, cette exposition représente un petit miracle : la dernière manifestation de cette ampleur remonte à 1931, date de l’Exposition universelle de Paris.

PARIS. Angkor Vat et l’art khmer ont toujours exercé une irrésistible fascination sur l’œil occidental alors qu’ils restent en fait relativement méconnus. Exclusivement religieuse, la statuaire khmère décline, il est vrai, avec force détails une iconographie bouddhiste et hindouiste d’une rare complexité. Certains chercheurs ont qualifié cet art de monotone. C’était méconnaître la profonde originalité d’un langage plastique, puissant et vigoureux, s’affranchissant au fil des siècles du modèle indien pour mieux le transcender.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°33 du 1 février 1997, avec le titre suivant : Fascination khmère

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque