Dimanche 18 février 2018

Exposition sur toute la ligne du tramway T3, à Paris

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 6 août 2007

Après Strasbourg, Orléans, Nantes, Bordeaux, récemment Mulhouse, c’est au tour de Paris d’inaugurer sa première ligne de tramway et son lot de commandes publiques.

De la porte d’Ivry au pont de Garigliano, place aux arts et à une sélection d’artistes parmi les plus réputés de la scène française. Le terrain avait d’ailleurs été préparé en 2004 pendant trois mois, d’octobre à décembre, sur un parcours quasiment identique conduisant de la porte d’Ivry à la place Balard. Une mise en jambe uniquement nocturne et surtout lumineuse qui permettait de découvrir l’excellence de la scène française.

De ce premier tour de chauffe, n’est resté que Claude Lévêque rejoint par Dan Graham, Peter Kogler, Christian Boltanski, Angela Bulloch, Didier Faustino, Bertrand Lavier et Sophie Calle associée à l’architecte du Guggenheim de Bilbao, Franck O. Gehry. Une sélection prestigieuse pour une exposition démocratique, un cadeau fait au passant immergé dans ce musée à ciel ouvert. Poursuivant le grand dessein de l’art public qui est celui d’offrir au citoyen l’accès à la culture sans devoir pousser les portes des temples qui lui sont dédiés, le parcours de la ligne T3 remplit parfaitement cet office.

La question étant : faut-il faire « gros » pour exister dans l’espace public ? Seul Christian Boltanski a répondu non et signe une œuvre subtile et poétique dans le parc Montsouris. Assis sur un des bancs, on pourra entendre différentes confessions amoureuses, dans différentes langues, celles des étudiants de la Cité internationale toute proche. Quant à Sophie Calle, si la cabine du pont Garigliano de Gehry est loin d’être discrète avec ses pétales de métal jaune poussin, ce qui s’y passe est aussi de l’ordre du confidentiel. L’artiste s’est en effet engagée à téléphoner plusieurs fois par semaine pour parler avec le passant qui voudra bien décrocher !

Le parcours alterne aussi les signes et les monuments comme autant de traits d’union avec l’espace urbain. Ici un skate park et un défilé de fourmis (Kogler), là un totem (Faustino), une forêt de palmiers qui pousse toutes les heures (Lavier), une bande lumineuse (Bulloch) et une énorme structure métallique de Lévêque. De quoi rendre un trajet en tramway passionnant et de prendre son temps pour traverser le sud de Paris.

« L’Art dans la ville », tramway T3 des Maréchaux sud, Paris, www.tramway.paris.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°587 du 1 janvier 2007, avec le titre suivant : Exposition sur toute la ligne du tramway T3, à Paris

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque