Inédit

Enquête à Port-Royal

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 28 avril 2009 - 474 mots

Tous les dessins de Philippe de Champaigne sont rassemblés pour la première fois, accompagnés du travail de deux brillants assistants.

MAGNY-LÈS-HAMEAUX - En 2007 et 2008, Lille et Genève accueillaient tour à tour une rétrospective de l’œuvre peint de Philippe de Champaigne (1602-1674), artiste d’origine bruxelloise devenu portraitiste de la haute société parisienne, choyé par la royauté et la communauté religieuse (lire le JdA no259, 11 mai 2007). établi sur le site de l’abbaye de Port-Royal-des-Champs, avec laquelle Philippe entretenait des liens privilégiés, le Musée de Port-Royal rend cette fois hommage à son œuvre dessiné et à deux de ses plus brillants assistants d’atelier, son neveu Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681) et Nicolas de Plattemontagne (1631-1706). L’occasion de découvrir les splendides paysages à la pierre noire et au lavis que Philippe prenait un plaisir évident à dessiner, d’apprécier les subtiles différences entre la liberté de ses esquisses préparatoires et la réflexion qui préside à ses portraits intimes. Et surtout de réévaluer la contribution de ses fidèles seconds, cultivant chacun une personnalité propre.
Conçu par le directeur du lieu, Philippe Luez, le parcours est étayé par les recherches d’une jeune doctorante en histoire de l’art, Frédérique Lanoë, devenue spécialiste de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne – elle a notamment contribué à l’exposition « À l’école de Philippe de Champaigne », présentée au Musée de l’évêché d’évreux en 2007 (lire le JdA n°272, 4 janvier 2008). Bénéficiant de la direction scientifique de Pierre Rosenberg pour le catalogue raisonné qui fait office de catalogue pour l’exposition, Frédérique Lanoë s’est lancée dans un délicat travail de réattribution, identifiant les mains de Jean-Baptiste et Nicolas dans des dessins habituellement attribués au maître.
Si l’on peut regretter que des espaces séparés aient été consacrés à chacun des trois artistes, rendant laborieuse toute tentative de comparaison, l’accrochage parvient à mettre en valeur le style de chacun, dégageant avec justesse leurs personnalités propres – la finesse chez Philippe, la douceur chez Jean-Baptiste, la vigueur chez Nicolas. Grâce à une sélection d’œuvres donnant la priorité aux inédits et aux plus belles feuilles, cette exposition passionnera à la fois les amateurs et les connaisseurs par sa richesse scientifique.

TROIS MAÎTRES DU DESSIN, PHILIPPE DE CHAMPAIGNE, JEAN-BAPTISTE DE CHAMPAIGNE, NICOLAS DE PLATTEMONTAGNE, jusqu’au 29 juin, Musée national de Port-Royal des Champs, route des Granges, 78114 Magny-lès-Hameaux, tél. 01 39 30 72 72, www.port-royal-des-champs.eu, tlj sauf mardi 10h30-12h30 et 14h-18h, 10h30-18h30 le week-end, fermé le 1er mai. Catalogue, RMN, 256 p., 280 ill., 49 euros, ISBN9-782711-855698

TROIS MAÎTRES DU DESSIN
Commissaire : Philippe Luez, directeur du Musée national de Port-Royal-des-Champs p Publication : catalogue raisonné rédigé par Frédérique Lanoë, doctorante en histoire de l’art à l’Université de Lille III, sous la direction scientifique de Pierre Rosenberg Œuvres : 69 dessins de Philippe de Champaigne (33), Jean-Baptiste de Champaigne (17) et Nicolas de Plattemontagne (17)

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°302 du 2 mai 2009, avec le titre suivant : Enquête à Port-Royal

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque